Tristan Corbière


À mon cotre Le Négrier


 

  Vendu sur l’air de : Adieu, mon beau Navire !...


 
        Allons file, mon cotre !
        Adieu mon Négrier.
        Va, file aux mains d’un autre
        Qui pourra te noyer...
 
Nous n’irons plus sur la vague lascive
        Nous gîter en fringuant !
Plus nous n’irons à la molle dérive
        Nous rouler en rêvant...
 
        — Adieu, rouleur de cotre,
        Roule mon Négrier,
        Sous les pieds plats de l’autre
        Que tu pourras noyer.
 
Va ! nous n’irons plus rouler notre bosse...
        Tu cascadais fourbu ;
Les coups de mer arrosaient notre noce,
        Dis : en avons-nous bu !...
 
        — Et va, noceur de cotre !
        Noce, mon Négrier !
        Que sur ton pont se vautre
        Un noceur perruquier.
 
... Et, tous les crins au vent, nos chaloupeuses !
        Ces vierges à sabords !
Te patinant dans nos courses mousseuses !...
        Ah ! c’étaient les bons bords !...
 
        — Va, pourfendeur de lames,
        Pourfendre, ô Négrier !
        L’estomac à des dames
        Qui paîront leur loyer.
 
... Et sur le dos rapide de la houle,
        Sur le roc au dos dur,
À toc de toile allait ta coque soûle...
        — Mais toujours d’un œil sûr ! —
 
        — Va te soûler, mon cotre :
        À crever ! Négrier.
        Et montre bien à l’autre
        Qu’on savait louvoyer.
 
... Il faisait beau quand nous mettions en panne,
        Vent-dedans vent-dessus ;
Comme on pêchait !... Va : je suis dans la panne
        Où l’on ne pêche plus.
 
        — La mer jolie est belle
        Et les brisans sont blancs...
        Penché, trempe ton aile
        Avec les goëlands !...
 
Et cingle encor de ton fin mât-de-flèche,
        Le ciel qui court au loin.
Va ! qu’en glissant, l’algue profonde lèche
        Ton ventre de marsouin !
 
        — Va, sans moi, sans ton âme ;
        Et saille de l’avant !...
        Plus ne battras ma flamme
        Qui chicanait le vent.
 
Que la risée enfle encor ta Fortune[1]
        En bandant tes agrès !
— Moi : plus d’agrès, de lest, ni de fortune...
        Ni de risée après !
 
        ... Va-t’en, humant la brume
        Sans moi, prendre le frais,
        Sur la vague de plume...
        Va — Moi j’ai trop de frais. —
 
Légère encor est pour toi la rafale
        Qui frisotte la mer !
Va... — Pour moi seul, rafalé, la rafale
        Soulève un flot amer !...
 
        — Dans ton âme de cotre,
        Pense à ton matelot
        Quand, d’un bord ou de l’autre,
        Remontera le flot...
 
— Tu peux encor échouer ta carène
        Sur l’humide varech ;
Mais moi j’échoue aux côtes de la gêne,
        Faute de fond — à sec —
 

             
Roscoff. — Août.


______
[1] Fortune : Large voile de beau temps.

Les Amours jaunes, 1873

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Νоuvеаu : Εn fоrêt

Viviеn : Sоnnеt : «J’аimе lа bоuе humidе еt tristе оù sе rеflètе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Hugо : Lа Сhаnsоn d’Hасquоil lе mаrin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De Τrуphоn Τоurnеsоl sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Сосhоnfuсius sur «Μаdаmе, vоus аvеz јеunеssе аvес bеаuté...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе