Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


À mon cotre Le Négrier


 

  Vendu sur l’air de : Adieu, mon beau Navire !...


 
        Allons file, mon cotre !
        Adieu mon Négrier.
        Va, file aux mains d’un autre
        Qui pourra te noyer...
 
Nous n’irons plus sur la vague lascive
        Nous gîter en fringuant !
Plus nous n’irons à la molle dérive
        Nous rouler en rêvant...
 
        — Adieu, rouleur de cotre,
        Roule mon Négrier,
        Sous les pieds plats de l’autre
        Que tu pourras noyer.
 
Va ! nous n’irons plus rouler notre bosse...
        Tu cascadais fourbu ;
Les coups de mer arrosaient notre noce,
        Dis : en avons-nous bu !...
 
        — Et va, noceur de cotre !
        Noce, mon Négrier !
        Que sur ton pont se vautre
        Un noceur perruquier.
 
... Et, tous les crins au vent, nos chaloupeuses !
        Ces vierges à sabords !
Te patinant dans nos courses mousseuses !...
        Ah ! c’étaient les bons bords !...
 
        — Va, pourfendeur de lames,
        Pourfendre, ô Négrier !
        L’estomac à des dames
        Qui paîront leur loyer.
 
... Et sur le dos rapide de la houle,
        Sur le roc au dos dur,
À toc de toile allait ta coque soûle...
        — Mais toujours d’un œil sûr ! —
 
        — Va te soûler, mon cotre :
        À crever ! Négrier.
        Et montre bien à l’autre
        Qu’on savait louvoyer.
 
... Il faisait beau quand nous mettions en panne,
        Vent-dedans vent-dessus ;
Comme on pêchait !... Va : je suis dans la panne
        Où l’on ne pêche plus.
 
        — La mer jolie est belle
        Et les brisans sont blancs...
        Penché, trempe ton aile
        Avec les goëlands !...
 
Et cingle encor de ton fin mât-de-flèche,
        Le ciel qui court au loin.
Va ! qu’en glissant, l’algue profonde lèche
        Ton ventre de marsouin !
 
        — Va, sans moi, sans ton âme ;
        Et saille de l’avant !...
        Plus ne battras ma flamme
        Qui chicanait le vent.
 
Que la risée enfle encor ta Fortune[1]
        En bandant tes agrès !
— Moi : plus d’agrès, de lest, ni de fortune...
        Ni de risée après !
 
        ... Va-t’en, humant la brume
        Sans moi, prendre le frais,
        Sur la vague de plume...
        Va — Moi j’ai trop de frais. —
 
Légère encor est pour toi la rafale
        Qui frisotte la mer !
Va... — Pour moi seul, rafalé, la rafale
        Soulève un flot amer !...
 
        — Dans ton âme de cotre,
        Pense à ton matelot
        Quand, d’un bord ou de l’autre,
        Remontera le flot...
 
— Tu peux encor échouer ta carène
        Sur l’humide varech ;
Mais moi j’échoue aux côtes de la gêne,
        Faute de fond — à sec —
 

             
Roscoff. — Août.


______
[1] Fortune : Large voile de beau temps.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Βоuquеtièrе (Соppéе)

De Jаdis sur Βrumаirе (Βlémоnt)

De Jаdis sur Qu’il nе fаut pоint аimеr sаns êtrе аimé (Urfé)

De Сосhоnfuсius sur Sоngе (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...» (Dеrèmе)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе