Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


À mon cotre Le Négrier


 

  Vendu sur l’air de : Adieu, mon beau Navire !...


 
        Allons file, mon cotre !
        Adieu mon Négrier.
        Va, file aux mains d’un autre
        Qui pourra te noyer...
 
Nous n’irons plus sur la vague lascive
        Nous gîter en fringuant !
Plus nous n’irons à la molle dérive
        Nous rouler en rêvant...
 
        — Adieu, rouleur de cotre,
        Roule mon Négrier,
        Sous les pieds plats de l’autre
        Que tu pourras noyer.
 
Va ! nous n’irons plus rouler notre bosse...
        Tu cascadais fourbu ;
Les coups de mer arrosaient notre noce,
        Dis : en avons-nous bu !...
 
        — Et va, noceur de cotre !
        Noce, mon Négrier !
        Que sur ton pont se vautre
        Un noceur perruquier.
 
... Et, tous les crins au vent, nos chaloupeuses !
        Ces vierges à sabords !
Te patinant dans nos courses mousseuses !...
        Ah ! c’étaient les bons bords !...
 
        — Va, pourfendeur de lames,
        Pourfendre, ô Négrier !
        L’estomac à des dames
        Qui paîront leur loyer.
 
... Et sur le dos rapide de la houle,
        Sur le roc au dos dur,
À toc de toile allait ta coque soûle...
        — Mais toujours d’un œil sûr ! —
 
        — Va te soûler, mon cotre :
        À crever ! Négrier.
        Et montre bien à l’autre
        Qu’on savait louvoyer.
 
... Il faisait beau quand nous mettions en panne,
        Vent-dedans vent-dessus ;
Comme on pêchait !... Va : je suis dans la panne
        Où l’on ne pêche plus.
 
        — La mer jolie est belle
        Et les brisans sont blancs...
        Penché, trempe ton aile
        Avec les goëlands !...
 
Et cingle encor de ton fin mât-de-flèche,
        Le ciel qui court au loin.
Va ! qu’en glissant, l’algue profonde lèche
        Ton ventre de marsouin !
 
        — Va, sans moi, sans ton âme ;
        Et saille de l’avant !...
        Plus ne battras ma flamme
        Qui chicanait le vent.
 
Que la risée enfle encor ta Fortune[1]
        En bandant tes agrès !
— Moi : plus d’agrès, de lest, ni de fortune...
        Ni de risée après !
 
        ... Va-t’en, humant la brume
        Sans moi, prendre le frais,
        Sur la vague de plume...
        Va — Moi j’ai trop de frais. —
 
Légère encor est pour toi la rafale
        Qui frisotte la mer !
Va... — Pour moi seul, rafalé, la rafale
        Soulève un flot amer !...
 
        — Dans ton âme de cotre,
        Pense à ton matelot
        Quand, d’un bord ou de l’autre,
        Remontera le flot...
 
— Tu peux encor échouer ta carène
        Sur l’humide varech ;
Mais moi j’échoue aux côtes de la gêne,
        Faute de fond — à sec —
 

             
Roscoff. — Août.


______
[1] Fortune : Large voile de beau temps.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vа, mаlhеurеuх соrbеаu, sаturniеn mеssаgе...» (Βuttеt)

De Сосhоnfuсius sur Εugéniе dе Guérin (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Diаblе dаns lа nuit (Fоrt)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе