François Coppée

Le Reliquaire, 1866


Rédemption


 
Pour aimer une fois encor, mais une seule,
                Je veux, libertin repentant,
La vierge qui, rêveuse aux genoux d’une aïeule,
                Sans m’avoir jamais vu m’attend.
 
Elle est pieuse et sage, elle dit ses prières
                Tous les soirs et tous les matins,
Et ne livre jamais aux doigts des chambrières
                Ses modestes cheveux châtains.
 
Quelquefois, le dimanche, en robe étroite et grise,
                Elle sort au bras d’un vieillard,
Laissant errer la vague extase et la surprise
                Innocente de son regard.
 
Et les oisifs n’ont point de pensers d’infamies
                Devant ses yeux calmes et doux,
Lorsque dans les jardins, chez les fleurs, ses amies,
                Elle arrive à ses rendez-vous.
 
Elle est ainsi, n’aimant que les choses fleuries,
                Préférant, pour passer le soir,
Les patients travaux de ses tapisseries
                Aux sourires de son miroir.
 
Elle a le charme exquis de tout ce qui s’ignore,
                Elle est blanche, elle a dix-sept ans,
Elle rayonne, elle a la clarté de l’aurore
                Comme elle a l’âge du printemps.
 
Les heures des longs jours pour elle passent brèves
                Et, s’exhalant comme un parfum,
Elle voit chaque nuit des blancheurs dans ses rêves,
                Et toute sa vie en est un.
 
Telle elle est, ou du moins je la devine telle,
                Lys candide, cygne ingénu.
Je la cherche, et bientôt, quand j’aurai dit : « C’est elle ! »
                Quand elle m’aura reconnu,
 
Je veux lui donner tout, ma vie et ma pensée,
                Ma gloire et mon orgueil, et veux
Choisir pour la nommer enfin ma fiancée
                Une nuit propice aux aveux.
 
Elle viendra s’asseoir sur un vieux banc de pierre,
                Au fond du parc inexploré,
Et me regardera sans baisser la paupière,
                Et moi, je m’agenouillerai.
 
Doucement, dans mes mains, je presserai les siennes
                Comme on tient des oiseaux captifs,
Et je lui conterai des choses très anciennes,
                Les choses des cœurs primitifs.
 
Elle m’écoutera, pensive et sans rien dire,
                Mais fixant sur moi ses grands yeux,
Avec tout ce qu’on peut mettre dans un sourire
                D’amour pur et religieux.
 
Et ses yeux me diront, éloquences muettes,
                Ce que disent à demi-voix
Les amants dont on voit les claires silhouettes
                Blanchir l’obscurité des bois.
 
Et sans bruit, pour que seul, oh ! seul, je puisse entendre
                L’ineffable vibration,
Jusqu’à moi son baiser descendra, grave et tendre
                Comme une bénédiction.
 
Et quand elle aura, pure, à ma coupable lèvre
                Donné le baiser baptismal,
Sans doute je pourrai guérir enfin ma fièvre
                Et t’expulser, regret du mal.
 
Oui, bien qu’autour de moi plane toujours et rôde
                L’épouvante de mon passé,
Que mon lit garde encor ta place toute chaude,
                Ô désir vainement chassé,
 
Je pourrai, je pourrai, Nixe horrible, Sirène,
                Secouer enfin la langueur
De mes sens et purger, ô femme, la gangrène
                Dont tu m’as saturé le cœur,
 
Ainsi que fait du fard brûlant dont il se grime
                L’histrion, chanteur d’opéras,
Ou comme un spadassin essuie, après le crime,
                L’épée atroce sous son bras !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Νоuvеаu : Fоu

Vеrlаinе : Sur lе Саlvаirе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Lа Fоntаinе : Lеs Dеuх Соqs

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

*** : «Ρéripаtétisаnt еn pаntеlаntе ехtаsе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Lоrrаin : Αltеssе

Νоuvеаu : «Οn m’а mis аu соllègе (оh ! lеs pаrеnts, с’еst lâсhе !)...»

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lе Dimаnсhе dеs Rаmеаuх

Ρrоust : Jе соntеmplе sоuvеnt lе сiеl dе mа mémоirе

Riсhеpin : Lе Ρеndu јоуеuх

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs vоnt еt viеnnеnt sur lеs саnаuх...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Rеmémоrаtiоn d’Αmis bеlgеs (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «Ρlus qu’аuх bоrds Αеtëаns lе brаvе fils d’Ésоn...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Ρuisqu’à si bеаu Sоlеil ј’аi mоn аilе étеnduе...» (Lа Rоquе)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Léаlаgirаfе sur Sur un Sоngе (Sсudérу)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе