François Coppée

Le Reliquaire, 1866


La Vague et la Cloche


 
Une fois, terrassé par un puissant breuvage,
J’ai rêvé que parmi les vagues et le bruit
De la mer je voguais sans fanal dans la nuit,
Morne rameur, n’ayant plus l’espoir du rivage.
 
L’Océan me crachait ses baves sur le front
Et le vent me glaçait d’horreur jusqu’aux entrailles ;
Les lames s’écroulaient ainsi que des murailles,
Avec ce rythme lent qu’un silence interrompt.
 
Puis tout changea. La mer et sa noire mêlée
Sombrèrent. Sous mes pieds s’effondra le plancher
De la barque... Et j’étais seul dans un vieux clocher,
Chevauchant avec rage une cloche ébranlée.
 
J’étreignais la criarde opiniâtrement,
Convulsif, et fermant dans l’effort mes paupières ;
Le grondement faisait trembler les vieilles pierres,
Tant j’activais sans fin le lourd balancement.
 
Pourquoi n’as-tu point dit, ô rêve ! où Dieu nous mène ?
Pourquoi n’as-tu point dit s’ils ne finiraient pas,
L’inutile travail et l’éternel fracas
Dont est faite la vie, hélas ! la vie humaine ?
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 26 janvier 2013 à 10h32

J’ai rêvé que j’étais sur une île déserte,
Et que j’avais perdu, piètre navigateur,
Mon navire aux récifs traîtres de l’Equateur.
Sur l’île je faisais d’étranges découvertes.

J’entendais discourir un arbre aux feuilles vertes
Qui de toute pitance était distributeur,
Et de livres aussi, faits par les bons auteurs ;
Et pour dormir la nuit, il donnait des couvertes.

Je vis un lac de rhum ambré aux belles plages.
Il m’a suffi, d’ailleurs, d’errer sur son rivage,
Respirant ses vapeurs, je fus ivre bientôt.

Et dans ce double état de rêve et de délire,
Mon cerveau mélangeait le meilleur et le pire,
Jusqu’au brutal réveil -- sur le pont d’un bateau.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 décembre 2022 à 22h25

Cloche d’inframonde
------------

Un univers sans âme, une étendue déserte ;
Les échos de la voix d’un démon tentateur ;
J’ai rêvé que j’étais, perplexe spectateur,
Arrivé dans ce lieu par une porte ouverte.

L’air était un poison, ma peau devenait verte,
Je n’étais secouru par aucun sauveteur ;
Mais, je ne sais comment, j’ai pris de la hauteur,
Sans craindre, désormais, de courir à ma perte.

Puis, je me suis perdu dans un vagabondage ;
J’aventurai mes pas sur un pont de cordages,
Espérant que ce jeu devait finir bientôt.

S’agissait-il d’un jeu ? N’était-ce qu’un délire ?
Ce qui me réveilla, j’hésite à vous le dire,
C’est un son familier, la cloche d’un bateau.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 décembre 2022 à 12h15

*  *  *
-----

Cloche matinale,
Il est temps d’appareiller,
C’est la fin d’un rêve.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаrtаs : «Jе tе sаluе, ô Τеrrе...»

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Hugо : Lа Сhаnsоn d’Hасquоil lе mаrin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Сосhоnfuсius sur «Μаdаmе, vоus аvеz јеunеssе аvес bеаuté...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Figurе dе Ρаsiphаë (Lоuÿs)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Rаtzingеr sur Lа Соmplаintе dе Μоnsiеur Βеnоit (Frаnс-Νоhаin)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе