François Coppée

Sonnet intimes et Poèmes inédits


Je bois à la Jeunesse


 
Je suis un « pompier », soit, mais ne suis pas pompeux.
Chacun la sienne ! Il faut que je chante à la fête.
« Ce que je veux ! » claironne un coq à rouge crête ;
L’ancien coq enroué répond : « Ce que je peux ! »
 
Jeunes cadets, merci d’être bons pour un vieux !
Car c’est une heure triste, allez, où le poète,
À l’œuvre qu’il rêva comparant l’œuvre faite,
Se console en songeant qu’il a fait de son mieux.
 
Selon Ronsard, versons quelques fleurs dans nos verres.
Mêlons-y, mes amis, vos fraîches primevères
Et mes pâles soucis de l’arrière-saison.
 
Je n’ai pas trop vieilli, puisque j’admire encore
Les vers que le soleil des vingt ans fait éclore...
Je bois à la Jeunesse ; elle a toujours raison !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 30 mai 2016 à 18h36

Fruits mal défendus
-----------------

Le cerf, jamais, n’usa d’un langage pompeux ;
Quand l’humain veut cueillir quelques fruits pour sa fête,
Il ne sait opposer ce que la Loi décrète,
Il dit :  « Comme gardien, je fais ce que je peux ».

Il ne veut point lutter, il se trouve un peu vieux,
Il préfère avancer son labeur de poète,
Va toujours retouchant cette oeuvre à moitié faite,
Que l’humain mange un fruit, pourquoi pas, c’est tant mieux.

Le seigneur du jardin, qui se demande encore
Pourquoi désobéit cet être qui l’adore,
Se dit :  « J’ai fait erreur, en créant la raison ».

Puis, avec le serpent,  il s’en va boire un verre ;
Ils font une excursion parmi les primevères,
Écoutant chantonner l’oiseau de la saison.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 28 avril 2019 à 12h06

Calligraphie de Maître Coq
---------------

Il trace de beaux traits, mais il écrit fort peu,
Car il est paresseux, surtout les jours de fête ;
En dépit de cela, toujours sa plume est prête
À tracer un beau signe, autant qu’elle le peut.

Il écrit sans trembler, bien qu’il soit un peu vieux ;
Il aime répéter quelques mots d’un poète,
Car les oeuvres d’antan sont parfois fort bien faites,
On en voit par milliers, et pour lui, c’est tant mieux.

Il termine une ligne et se repose encore
Ou bien s’en va parler aux poules qui l’adorent,
Qui pour Maître l’ont pris de rime et de raison.

Dès que viendra le soir, il ira boire un verre,
Un généreux godet d’alcool de primevère
Ou de Saint-Émilion, c’est selon la saison.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Jаdis sur Villаnеsquе (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе