François Coppée

Les Récits et les Élégies, 1878


Espoir timide


 
Chère âme, si l’on voit que vous plaignez tout bas
Le chagrin du poète exilé qui vous aime,
On raillera ma peine, et l’on vous dira même
Que l’amour fait souffrir, mais que l’on n’en meurt pas.
 
Ainsi qu’un mutilé qui survit aux combats,
L’amant désespéré qui s’en va, morne et blême,
Loin des hommes qu’il fuit et de Dieu qu’il blasphème,
N’aimerait-il pas mieux le calme du trépas ?
 
Chère enfant, qu’avant tout vos volontés soient faites !
Mais, comme on trouve un nid rempli d’œufs de fauvettes,
Vous avez ramassé mon cœur sur le chemin.
 
Si de l’anéantir vous aviez le caprice,
Vous n’auriez qu’à fermer brusquement votre main,
— Mais vous ne voudrez pas, j’en suis sûr, qu’il périsse !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 30 novembre 2012 à 11h14

C’est ce que l’on appelle tenir un homme par les...          sentiments.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Esther le 30 novembre 2012 à 11h20

Un petit oisillon dans une main fragile.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 24 janvier 2019 à 12h07

Voyage cosmique de l’oiseleur
---------------------

Il quitte son logis dont le plafond est bas,
Il se sépare aussi des disciples qu’il aime,
Il doit s’en aller loin du solaire système
Pour rejoindre un endroit que tu ne connais pas.

C’est un être d’errance et non pas de combat,
S’éloignant de la Terre et de la Lune blême.
Au long de cette route il compose un poème
Qui parle de la vie et surtout du trépas.

Il n’a pas pris pour but une vaste planète
Mais plus modestement, la Lune des Fauvettes :
Sa rutilante nef en connaît le chemin.

S’il gagne cet endroit, ce n’est point par caprice,
C’est parce qu’un grand scribe écrivit de sa main
Qu’il devait rencontrer l’Oiselle Impératrice.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 1er juin 2020 à 12h21

Errance d’une avette
----------

Par ce matin d’été, l’avette vole bas,
Elle veut s’éloigner de cet endroit qu’elle aime ;
Je la vois progresser vers les lointains extrêmes,
Vers d’étranges pays que je ne connais pas.

Ne voulant être reine au terme d’un combat,
Elle abandonne ainsi la dignité suprême;
Je l’entends cheminer, murmurant des poèmes,
Elle va de l’avant sans crainte du trépas.

Parmi les habitants de ma douce planète,
J’ai  toujours estimé les vaillantes avettes ;
J’aime les rencontrer sur les bords du chemin.

Elles n’agissent point sous l’effet d’un caprice,
Ni par cupidité, comme font les humains;
Plus ont-elles d’honneur que des impératrices.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 16 janvier 2021 à 14h14

Planète Elmantandra
-----------

Sur ce monde perdu, les oiseaux volent bas
Et presque au ras du sol dans les endroits qu’ils aiment ;
Ils produisent des sons d’une douceur extrême,
Ils prononcent des mots que je ne connais pas.

Pour amuser le peuple, ils miment des combats
Entre de noirs démons et des êtres suprêmes ;
Ensuite, ils font entre eux des concours de poèmes
Auxquels Maître Phénix jadis participa.

Nous ignorons le sens du nom de la planète,
Il est peut-être à lire en langue des fauvettes ;
Il ne figure point sur mes vieux parchemins.

De la pulpe des fruits ces oiseaux se nourrissent,
Peu différents de ceux que prisent les humains;
Ceux qui mangent ainsi jamais ne dépérissent.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаmuz : Lе Ρауs

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сrоquis

Rаmuz : Lе Ρауs

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Сhоsеs fаtаlеs (Rоdеnbасh)

De Сосhоnfuсius sur «Si tu vеuх vivrе еn Соur, Dilliеrs, sоuviеnnе-tоi...» (Du Βеllау)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе