Guillaume Colletet


Fantasie sur des diverses peintures de Priape


 
Sur les rives de Seine une jeune Dryade,
Lasse d’avoir réduit un sanglier aux abois,
Se reposait un jour à l’ombrage d’un bois,
Sans craindre le péril d’une fine embuscade.
 
Priape, qui la vit, fut pris de son œillade,
L’arrête et veut sur elle attenter cette fois ;
Mais elle, qui résiste aux amoureuses lois,
Dédaigne cet amant si laid et si maussade.
 
Lors, pensant amollir cette divinité,
Il change sa laideur et sa difformité,
Et prend nouvelle forme, ainsi que fit Protée ;
 
Mais la nature, en lui plus puissante que l’art,
Ne se put pas cacher sous la forme empruntée,
Car toujours à la queue on connut le renard.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 18 avril 2013 à 08h13


L’évêque d’Orléans mangeait une grillade
Sur les bords de la Loire, un dimanche, autrefois.
Félix Dupanloup mange, il fait la fête, il boit ;
La serveuse lui semble une douce dryade.

Mais c’est en vain qu’il lance une amoureuse oeillade :
La fille se refuse à cet homme de foi,
Craignant d’en éprouver un fatal désarroi.
(La chanson nous prévient contre un tel camarade).

Il revient travesti en aimable Pierrot
Et s’installe au comptoir afin de prendre un pot,
Ayant pleine confiance en son déguisement.

Mais le son de sa voix le trahit tout à coup,
Qui, plus que des soupirs, semble un mugissement :
À son puissant organe on connaît Dupanloup.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 28 mai 2017 à 12h40

Passage d’un aigle de gueules
--------------------------------------

Survolant le village aux odeurs de grillade,
C’est, crois-je reconnaître, un aigle d’autrefois ;
Esquissant un sourire, à sa santé je bois
Un vieux vin vendangé par les douces dryades.

On dirait, cet oiseau, qu’il me lance une oeillade,
Veut-il donc affirmer qu’il est de bonne foi,
Ou veut-il consoler le peuple en désarroi ?
Quelle est ton intention, parle-nous, camarade.

Il regarde voler des moineaux, ces pierrots
Qui volent des morceaux de pain petits et gros,
Il aime bien les voir divaguer à leur guise.

Le monarque du ciel s’éloigne tout à coup,
Et le coq de la cour en aigle se déguise,
Je crois qu’il peut, de même, imiter Dupanloup.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...» (Vоltаirе)

De Сосhоnfuсius sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Jаdis sur «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...» (Dеrèmе)

De Jаdis sur Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz