Gabrielle de Coignard

de "Poètes chrétiens du XVIe siècle"



La crainte de la mort incessamment me trouble
En enfer il n’y a nulle rédemption,
Je n’ai de mes péchés nulle contrition,
Tant plus je vais avant, plus ma peine redouble.

Tu me consommeras comme une sèche estouble,
À ce terrible jour de tribulation,
Laisse-moi repentir de ma transgression,
Car l’amère douleur à mon âme s’accouple.
 
Tu as bâti mon corps, de chair, d’os et tendons,
De peau, veines et sang, rate, foie et poumons,
Souvienne-toi seigneur, que je suis poudre et cendre.
 
Comme un fétu poussé par la rigueur du vent,
Tu peux me balayer, et réduire à néant,
Eh ! ne me laisse pas aux abîmes descendre.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 23 mai 2018 à 12h21

Parfum d’antan
----------------

La senteur d’une rose étonnamment m’alarme,
En laquelle il n’y a pourtant nul souvenir;
Ou bien peut-être si ? Ça va me revenir,
C’est un moment passé, de sourire ou de larmes.

C’était dans un jardin, près de la rue des Carmes,
Où jadis ont parlé deux coeurs sans avenir
Qui contre Cupidon n’ont su se prémunir ;
Cette amertume même avait un certain charme;

Nos vieux coeurs ne sont pas ce que nous prétendons,
Ce sont d’humbles jardins qui sont à l’abandon !
C’est un feu d’autrefois, dont ne reste que cendre.

Un tel coeur est poussé par la rigueur du vent,
Ça lui donne un élan pour aller de l’avant ;
Mais il suit un chemin qui ne fait que descendre.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Gаutiеr : Quеstiоns

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Rоllinаt : Lа Сhèvrе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Dеvаulх, lа mеr rеçоit tоus lеs flеuvеs du mоndе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Μillе bаisеrs pеrdus, millе еt millе fаvеurs...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе du vоуаgеur (Drеlinсоurt)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz