Jean Cocteau


Conte simple


À mon frère


Il était une fois un roi qui, d’une lyre
Faisait couler, bondir et voltiger des sons...
C’est à peine s’il connaissait quelques chansons,
Il était doux, naïf, et ne savait pas lire.
 
Et sous ses doigts vibraient d’harmonieux accords,
Et le rythme toujours était plaintif ou tendre,
Et le soir, il allait dans ses bois pour entendre
Sangloter au lointain l’appel cuivreux des cors...
 
Il ne s’occupait pas du tout de son royaume ;
On le voyait errer, silencieux fantôme,
Sa lyre entre les mains... avec des yeux de fou !
 
Un jour on le trouva — sans le chercher du reste —
Étendu mort sur l’herbe, avec encor le geste
Qu’il avait, d’effleurer les cordes...
                                                  Voilà tout.
 

1907.

©  

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 21 août 2015 à 11h16

Oiseau châtelain
---------------------

L’aigle d’argent médite au seuil d’un château fort.
Du ciel d’azur, il voit un doux éclat descendre,
Le rêve de son âme est de flamme et de cendre,
Quelques airs de chansons lui viennent, sans effort.

Dans un profond silence, il trouve ses accords,
Il trouve quelques mots dubitatifs et tendres,
Aux horizons lointains, toujours, il croit entendre
Le neveu qui mourut en sonnant de son cor.

Au bout d’une journée, dis-moi ce qu’il en reste,
Un murmure, une plainte, une absence de geste,
Pas grand-chose, sans doute, ou alors, rien du tout.

Car cet aigle d’argent, c’est un roi sans royaume,
C’est un songe brumeux, c’est un pâle fantôme,
C’est un héros pensé par un rhapsode fou.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 25 août 2019 à 11h20

Bouddha stylite
----------

De gueules, ce Bouddha médite sans effort,
Il est sur sa colonne, il n’en veut pas descendre ;
Au-dessus des jardins de poussière et de cendre,
En un petit espace, il a son réconfort.

Dans un profond silence, il entend les accords
Du cosmos qui partout en lui semble s’étendre ;
Il ne se croit pas seul à pouvoir les entendre,
Ni seul à profiter du céleste décor.

De son ancienne vie, qui sait ce qu’il en reste,
Le murmure d’un mot, le souvenir d’un geste,
Peut-être aucune chose, ou peut-être un peu tout.

Les bouddhas ne sont point bâtisseurs de royaumes,
Ni là pour gouverner des peuples de fantômes  ;
L’esprit qui les anime est très sage et très fou.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Ρrinсе dеs јоiеs défеnduеs (Sеgаlеn)

De Jаdis sur «Βuvоns, аmis ; lе tеmps s’еnfuit...» (Hоudаr dе Lа Μоttе)

De Jаdis sur «Ô mеr immеnsе...» (Μоréаs)

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе