Georges Chennevière

Poèmes, 1911-1918, 1920


Une cour


 
Les étrangers n’y viennent pas. Elle est à nous.
Ceux qui passent devant la porte n’aperçoivent
Qu’un peu de sa clarté, comme au bout d’un tunnel.
Pour la connaître, il ne suffit pas de la voir,
Distraitement, par une fente des rideaux,
Ni de s’être accoudé en regardant les murs
Qui l’entourent et lui mesurent la lumière ;
Mais il faut un séjour profond et patient.
Il faut avoir vécu des années auprès d’elle,
Il faut avoir dormi, mangé, vieilli, souffert,
Rêvé pendant des jours, des nuits, à ses côtés ;
Il faut avoir appris à distinguer les heures
Rien qu’aux échos et aux reflets qu’elle recueille
Car la saison s’y peint aux pierres et aux vitres
Et tous les bruits d’ailleurs y viennent pour mourir.
Elle est comme une dimension de mon âme ;
Elle est, pour mes regards, comme un ciel plus certain :
L’ouragan peut fondre sur elle, et retourner
La couche d’air léger qui flotte à sa surface ;
Les neiges de l’hiver peuvent lui mettre un masque
En étouffant sa voix domestique et timide ;
Le soleil, la mêler à l’espace anonyme ;
L’émeute de la rue, ou la fête qui passe
Envahir son secret et profaner son calme ;
Quelque chose au fond d’elle demeure, où j’éprouve
Le retentissement de ma propre parole,
Et l’élan de ma joie, et le poids de mes larmes,
Et la solidité du monde autour de moi.
 
 

*


 
Songes muets derrière les vitres serviles ;
Bouches au bord du jour ; âmes impatientes
Que le corps emprisonne, et qui suivez de loin
L’évasion sans fin de toutes les fumées ;
Ô chansons en été, du fond des pièces claires ;
Odeur neuve de l’eau par les matins d’avril ;
Jeux d’enfants dans des coins abandonnés et riches ;
Ramages sans oiseaux et sans nids, que m’apportent,
Avec l’illusion d’arbres qui seraient là,
Les souffles réguliers qui planent sur la ville ;
Cri des trains, comme un flot qui me berce le cœur ;
Doux entrecroisement des voix quotidiennes
Que l’on aime, sans écouter ce qu’elles disent ;
Vies en face de moi, où se mire la mienne,
Stable couronne autour d’un peu d’espace gris ;
Gestes que j’entrevois, asservis à une heure,
À laquelle je sens que j’obéis moi-même ;
Ô silences tardifs, par les chaudes soirées,
Quand la besogne faite et la lumière éteinte,
On vient, à la fenêtre ouverte obscurément,
Le coude sur la nuit, rêver un peu pour soi,
Tandis que, de son aile unique et transparente,
Vole le long des toits la graine de l’érable :
Vous laissez de votre âme à cette cour étroite,
Havre silencieux, plein d’écume et d’épaves,
Sillonné des vaisseaux sans mâts et sans sillage,
Et dont les quais déserts voient partir sans retour
Le désir que je lance au front de chaque jour !
 
 

*


Elle garde une part de ma vie écoulée,
Certains de mes regards que n’a surpris personne,
Des aveux lourds qui n’ont pas été plus loin qu’elle ;
Et c’est pourquoi ce soir, où l’air inattendu
Me rappelle soudain d’anciennes matinées,
Il me plaira d’offrir en propos à mon rêve
Cette feuille, arrachée aux branches de septembre
Par le vent qui vint la jeter, comme pour moi,
Tout près de ma fenêtre, au revers de ce toit,
Dans un coin sombre où seul il pourra la reprendre.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

Сrоs : «Jе suis un hоmmе mоrt dеpuis plusiеurs аnnéеs...»

Lаfоrguе : Splееn dеs nuits dе јuillеt

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Τоulеt : «Νоus bûmеs tоut lе јоur...»

Αpоllinаirе : À lа Sаnté

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Саrсо : Βоhèmе

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Régniеr : «Fеmmеs qui аimеz miеuх lе fоutrе quе lе pаin...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Sоnnеt mоrnе (Riсhеpin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Rоndеl : «Αh ! lа prоmеnаdе ехquisе...» (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Βаllаdе dе lа ruinе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Sur lа mоrt d’unе Dаmе (Sсudérу)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz