Georges Chennevière

Poèmes, 1911-1918, 1920


Examen


 
Ce que je regardais n’est plus qu’un souvenir
              Depuis que je le vois.
La fleur que je sentais a perdu son parfum
              Depuis que je la nomme.
 
Tout vieillit de mon âge et de ma connaissance.
              Pourtant le monde est jeune ;
Il est pur et n’a point de tache originelle.
C’est moi qui suis l’officiant involontaire
D’un baptême qui souille à jamais chaque front
              De l’empreinte de mon péché.
L’amertume du sel est pour mes seules lèvres.
 
J’inflige à l’univers les mots qui le dérobent
              À mon silence même.
Rien ne m’est si lointain ni si extérieur
Que du nom qui l’enchaîne à moi je ne l’appelle,
              Et c’est moi l’enchaîne.
 
Je n’ai d’éternité que celle qui me suit,
Et je suis étranger à l’autre qui me hante.
Je crois être arrivé très loin quand je n’ai fait
              Que tourner des milliers de fois
Autour du bruit central et parmi les reflets
              D’un manège de fête,
Avec ce rêve qui dansait devant mes yeux
D’un empire riant qui comprendrait des mers.
 
Savoir et puis mourir, ou durer, sans savoir,
              Mais je n’ai pu choisir.
La chose est éternelle et je ne suis qu’un être,
Et l’infini ne se connaît qu’en l’éphémère.
Pour que tout rajeunisse et que rien n’ait vécu,
              Il suffit que je meure.
 
Soir, voici ton étoile ! Et peut-être n’est-elle
Qu’un astre disparu dont l’image est visible.
Où fuir ? Il me reste mon pain et mon sommeil.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rеvеrdу : Stоp

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Cоmmеntaires récеnts

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Ρоssеssiоn (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сосhоnfuсius sur Rесuеillеmеnt (Βаudеlаirе)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Jаdis sur Lа Géаntе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz