Georges Chennevière

Poèmes, 1911-1918, 1920


Chant à voix basse


 
    Un peu de musique lointaine,
    Juste assez pour que tout renaisse,
              Sans que rien s’achève.
    Le temps sommeille au fond de l’être,
    Et les instants montent en bulles.
              Les nuages glissent.
    Une voiture dans la rue
    Fait un bruit si doux, qu’on regarde.
            Le jour brûle en paix.
 
    Des pauvres dorment sur les bancs.
    Au bord du sable ratissé,
    Les enfants ne jouent pas encore.
    Une gaieté convalescente
    Sort timidement de la terre.
    Un sourire dépaysé
    Parce qu’il craint d’être précoce,
              Tremble dans l’air.
 
    On se sent loin de sa jeunesse :
    On pourrait reparler sans trouble
    À des femmes jadis aimées.
    Toutes les tiédeurs revenues
    Peu à peu dissolvent la peine
    D’un cœur que l’hiver attrista.
    On entend comme des pieds nus
              Effleurer l’herbe.
 
    Cet homme, qui lève la tête,
    Va rentrer chez lui plus tranquille ;
    Il retrouvera dans les coins,
    Que ses yeux avaient délaissés
    À cause du froid et de l’ombre,
              Son âme prête...
 
    Et, confiant dans un bonheur
    Que je n’espère plus pour moi,
    J’attendrai le soir sur ce banc,
    Pour recevoir plus purement
 
L’offrande d’un baiser qui ne vient pas des lèvres.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

Αpоllinаirе : «Lеs villеs sоnt plеinеs d’аmоur еt dе dоulеur...»

Spоndе : «Μаis si mоn fаiblе соrps, qui соmmе l’еаu s’éсоulе...»

Τуаrd : «Jе vis rоugir sоn blаnс pоli ivоirе...»

Βаïf : «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...»

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Lоrrаin : Déсаdеnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Vоus ruissеаuх, vоus rосhеrs, vоus аntrеs sоlitаirеs...»

Hugо : «Οn vit, оn pаrlе, оn а lе сiеl еt lеs nuаgеs...»

Hugо : Сhаnsоn dеs dеuх bаrbаrеs

Lаfоrguе : Αvаnt-dеrniеr mоt

Lоrrаin : Νévrоsе

Lоrrаin : Unе idуllе

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоus ruissеаuх, vоus rосhеrs, vоus аntrеs sоlitаirеs...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Αuх préсiеusеs (Lе Ρеtit)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à l’Αndrоgуnе : «Τа rоуаlе јеunеssе...» (Viviеn)

De Сосhоnfuсius sur Lа Νеigе (Ρоpеlin)

De Vinсеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Vinсеnt sur Sоnnеt féminin (Viviеn)

De Ρéguуfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Jаdis sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αmоurs fоus (Riсhеpin)

De Jаdis sur «Μаis si mоn fаiblе соrps, qui соmmе l’еаu s’éсоulе...» (Spоndе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Μоn Diеu, quе је vоudrаis quе mа mаin fût оisivе...» (Spоndе)

De Hiс Vеlibi sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Kritik sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz