Aristide Bruant

in Le Mirliton, 1893


Sur l’Boul’vard


 
Un soir que j’baillais aux corneilles
Ouvrant les yeux et les oreilles
        Sur l’Boul’vard,
En me prom’nant j’étais en quête
D’une chanson plus ou moins bête,
        Sur l’Boul’vard,
Ne trouvant rien à ma conv’nance
Je m’disais : morbleu ! j’n’ai pas d’chance
        Sur l’Boul’vard !
Eh bien j’vais faire un’ chansonnett’
Qui s’appell’ra comm’je l’ai fait’ :
        Sur l’Boul’vard !
 
On voit des banquiers, des artistes,
Des cabotins, des journalistes
        Sur l’Boul’vard,
Des gens qui cour’nt sans crier gare !
Des ramasseurs de bouts d’cigare
        Sur l’Boul’vard ;
Un peu plus loin, au coin d’un’ rue,
On rencontre un’figur’ connue
        Sur l’Boul’vard ;
C’est la p’tit’ Chos’ qui cherche Eugène
Et la p’tit’ Machin qui s’promène
        Sur l’Boul’vard.
 
On voit des marquis d’la Vieille Roche
Qui n’ont plus un sou dans leur poche
        Sur l’Boul’vard,
On voit des filous, bons apôtres,
Qui s’engraiss’nt aux dépens des autres
        Sur l’Boul’vard.
On voit des pickpockets habiles
Qui dévalis’nt les imbéciles
        Sur l’Boul’vard,
Et parmi ces escrocs d’la gomme
On voit, quéqu’fois, un honnête homme
        Sur l’Boul’vard.
 
À midi, faut voir comm’ tout brille,
Tout est reluisant, tout scintille,
        Sur l’Boul’vard ;
Ça va comm’çà jusqu’à la brune
Ça brille encor’, quand on allume,
        Sur l’Boul’vard ;
Mais quand on éteint vers une heure;
On s’dit; en r’gagnant sa demeure,
        Sur l’Boul’vard :
Dans l’jour si l’on n’voit qu’ses dorures,
La nuit on n’voit qu’ des tas d’ordures
        Sur l’Boul’vard.
 
On voit des voitur’s, des carosses,
On voit des chevaux et des rosses
        Sur l’Boul’vard,
On entend des cochers qui crient
Des homm’s, des femm’s qui s’injurient
        Sur l’Boul’vard,
On entend des gens qui discutent,
Plus loin d’autres qui se disputent
        Sur l’Boul’vard,
Et d’puis qu’ nous somm’s en République
On entend parler politique
        Sur l’Boul’vard.
 
Mais voilà que l’écho répète
Le son bruyant de la trompette
        Sur l’Boul’vard !
Déjà les gamins s’précipitent
Là-bas, tous les chapeaux s’agitent
        Sur l’Boul’vard,
On est toujours chauvin en France,
Quand un d’nos régiments s’avance
        Sur l’Boul’vard,
Dans la foule enthousiasmée,
On entend crier  : Viv’ l’Armée !
        Sur l’Boul’vard.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Μоn rêvе fаmiliеr (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Jаdis sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сосhоnfuсius sur «Sоufflе dаns mоi...» (Grévin)

De Jаdis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сосhоnfuсius sur «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...» (Lа Βоétiе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur «Νi lа furеur dе lа flаmmе еnrаgéе...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе