Aristide Bruant

Dans la rue


La Terreur des Fortifs


 

« Cette femme, nommée Marie Ret, dite la « Terreur des Fortifs », mettait souvent la main à la besogne.
  « Âgée de vingt-huit ans, grande, élancée, assez jolie, bien qu’elle ait la figure balafrée de coups de couteau, Marie Ret est une véritable héroïne de roman. Très vigoureuse, elle a souvent « expédié son homme » ; sa spécialité était de jeter à l’eau ses victimes.
  « Dans son logement on a trouvé plus de trente paires de souliers en cuir jaune, provenant des dépouilles de ses victimes. François, son amant, avait en effet une préférence marquée pour les souliers de cette couleur, et lui et sa maîtresse attaquaient souvent des passants attardés, uniquement pour s’approprier leurs chaussures estivales. »
(Intransigeant).


Grande, élancé’, carne, d’attaque,
Le poing dur et bien attaché ;
Ferme et râblé’, sous la casaque,
Ell’ faisait la chasse au michet,
À coups d’surin ou d’sucre d’pomme,
Et, souvent, la batteus’ d’antifs,
Comme un mâle, abattait son homme...
C’était la Terreur des Fortifs.
 
Pour affurer la bonn’ gal’touze,
A dégringolait l’poivrio,
Faisant la redingue et la blouse,
Le bourgeois, comme l’ouvrio ;
Mais quand le pauvre homme était meule,
A te l’empoignait par les tifs
Et lui tambourinait la gueule...
C’était la Terreur des Fortifs.
 
La cible trouée à coups d’lingue
Par les caress’s de ses mectons,
En leur barbotant leur morlingue,
A’ s’vengeait sur les beaux mich’tons...
Et, pour avoir leurs souliers jaunes,
A surinait des gens comifs,
À la barb’ des flics et des launes...
C’était la Terreur des Fortifs.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αubе à l’Εnvеrs (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αquаrеllе (Ρоpеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur L’Αmоur (Gérаrd)

De Jаdis sur Ρуrrhа (Lесоntе dе Lislе)

De Jаdis sur «Ρаr l’аppеl sоuriаnt dе sа сlаirе étеnduе...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе