Dominique Bonnaud

(1864-1943)

Un autrе pоèmе :

Ρеtit sоnnеt sаuсе Соppéе

 

 

Dominique Bonnaud

in La Bonne Chanson, 1909


Le Jour de l’an


 

Monologue humoristique dans la manière de Jehan Rictus


C’est l’ jour de l’An, la Saint-Glin-glin !
Ousque l’ plus rat et l’ plus crasseux
I’ va la faire au généreux ;
I’ va n’exhiber sa galette
Et sortir ses p’tits fiferlins.
Derlin din din ! Derlin din din !
C’est la dans’ des cordons d’ sonnette !
C’est l’ jour de l’An, la Saint-Glin-glin.

Et ça commence d’ puis l’aurore,
Avec les orgues d’ Barbari’
Qui nous barb’nt avec leur « Verdi »
Et leurs : « Dieu ! que ma voix im-plo-o-re »
Aux carr’fours, c’est les grands concerts :
Bugue et piston. Oh ! yaïe ! ma mère !
Donnés par l’orchestre ordinaire
Du casino des « courants d’air »
L’ concert Colonn’ des coryzas,
L’ Chevillard des fuxions d’ poitrine,
En train d’écorcher « La Tzarine »
Ou ben « La marche d’Aïda »
Ou ben l’entrac’ inévitable
D’ « Cavalera Rusticana » !...

Et tant pis si c’te musiqu’-là
A vous paraît pas admirable !...
I’ faut pourtant pas vous attendre,
Pour la somm’ modique d’ deux sous,
À c’ qui vont v’nir jusque chez vous
Tout exprès pour vous faire entendre
D’ la musique à Vincent d’Indy,
Ou ben encor du Debussy,
Du Mêlé-casse et Palissandre !
Ensuit’ les pianos mécaniques,
Comm’ des Pleyel épileptiques
Qui n’auraient la dans’ de Saint-Guy
Vienn’nt nous fich’ des gamm’s chromatiques
À dégoûter d’ Paderewski !

Et pis, c’est l’ flot des mistouflards,
Des train’-patins, des pleur’-misères,
Des victim’s plus ou moins sincères
D’ l’inondation du Saint-Bernard,
Les éclopés, les mal-fichus,
Ceuss’ qu’a perdu dans un naufrage
Les deux guiboll’s, ou ceuss’ qu’a eu
Les yeux pris dans un engrenage.
Et tout ça va, vient, crie et braille,
Se rue à l’assaut du bourgeois,
Avec eun’ tripotée d’ marmaille,
Qui pleur’nt, qui geign’nt tous à la fois,
Un tas d’ goss’s plus ou moins pouilleux
Et qui mett’nt à nous extirper
Les aveux du porte-monnaie
Plus d’ardeur que Mossieu Leydet
À cuisiner ses accusées !

Et maint’nant, c’est à chaque étage
L’invasion des canendriers !
M’sieu l’ facteur arrive l’ premier :
Il entrouv’ sa boîte à cirage
Pour sortir avec précaution
L’almanach d’ l’administration,
L’ vieux canendrier légendaire,
Avec au dos, tout un fourbi,
Comm’ pour el livret militaire ;
Un p’tit cod’ pénal ben gentil,
Ousqu’on a soin d’ nous fair’ connaître
Qui gna quèqu’ part un Biribi
Pour ceuss’ qu’affranchit pas ses lettres :
Cent francs d’amend ! Deux ans d’ prison !
Boum ! servez chaud ! Merci d’ l’occase !
Eh ben ! n’en v’là d’un horizon !

Mais c’te fois, c’est la mort sans phrase.
V’là l’ pus terrible des enfants
Que l’ Louvre ait porté dans ses flancs !
V’là l’ canendrier artistique,
Bell’ Jardinière ou Plac’ Clichy,
Avec sujets méthologiques...
Quéqu’ chos’ comm’ des Botticelli
Qui s’raient peints à la mécanique !

D’autr’s, y nous la font au tableau,
Et dans un décor bucolique,
S’amus’nt à nous monter l’ bateau
D’eun’ petit’ scène à la Watteau :
Un berger auprès d’ sa bergère
Avec toute eun’ guirland’ légère
De p’tits n’amours, pansus, joufflus,
D’un rose ému, d’un rose ed’ crème,
À croir’ que c’est Boug’reau lui-même
Qui n’a peint leurs petits tutus !
Et juste en d’ssous des tourtereaux,
On peut lire en gros caractères :
« Allez frèr’s » ou « la Ménagère »
Et les prix courants d’ leurs fourneaux.
Ou ben des conseils hygiéniques,
Où l’on assure aux bons gogos
Que le quinquina Dubonnot
Est l’ seul qui n’ flanqu’ pas la colique !!
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .

Pauvre Watteau ! pauvre Lancret !
Avec vos voyag’s à Cythère,
Vos bois pleins d’amoureux mystères
Où s’égarent d’un pas discret
Les « Guimard » et les « Parabère »,
Vos marquis, l’épée en verrouil
Ou ben en quart de civadière,
Font d’ la réclame aux cuisinières
Pour les nouill’s « Rivoire et Carret »
Ou pour la maison « Olibet »
Dame ! il faut quelquefois aussi
Mêler l’agréable à l’utile
En l’honneur de « Lefèvre-Utile »
« Qui biscuit utile dulci ! »

Mais après c’ délug’ des chromos,
— Ah n’en j’tez pus ! j’en ai ma claqu’ ! —
V’là maint’nant c’lui des almanachs :
El Mathieu d’ la Drôme, el Vermot,
Et l’ terrible Almanach « Hachette »
Avec ses douz’ cent mill’ recettes
Pour fair’ cuir’ les haricots verts,
Et ses p’tits renseign’ments divers
Sur les chos’s les plus disparates :
L’art de conserver les tomates,
L’âg’ de Napoléon premier
À la bataill’ de Marengo,
Et combien d’ temps qu’un escargot
Met pour monter un escalier,
La méthode qu’y faut adopter
Pour sauver les fourrur’s des mites,
La hauteur du Mont-Valérien,
La courbe du nez d’un Sémite
Comparée à cell’ d’un Aryen,
D’après Monsieur Édouard Drumont...
Et tout ça, pour un franc cinquante,
Pour trent’ pelos ! quoi ! pour errien !
Eune érudition épatante,
D’ quoi fair’ la barbe, nom d’un chien,
Même à des n’académiciens :

Y a pas à dir’, c’est rud’ment chouette !
Derlin din din ! Derlin din din !
C’est la dans’ des cordons d’ sonnette,
C’est l’ jour de l’An, la Saint-Glin-glin !
Salut à l’almanach Hachette !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vеrlаinе : Lоndrеs

Glаtignу : Lеs Αntrеs mаlsаins

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Соppéе : «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Fеnêtrе dе lа mаisоn pаtеrnеllе (Lаmаrtinе)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus triоmphеz dе mоi, еt pоurсе је vоus dоnnе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur «Οui, је suis prоprеmеnt à tоn nоm immоrtеl...» (Αubigné)

De Jаdis sur «Ν’аllеz pаs dеvаnt сеs vеrs-сi...» (Lаfоrguе)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Ρоur lа glоirе dе Μаllаrmé (Rоdеnbасh)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе