Augustine-Malvina Blanchecotte


Encore un chant, mon cœur !


 
Encore un chant, mon cœur ! d’un jour pur qui s’achève
                Recueillons le beau soir !
Que ma coupe tarie et qu’emplissait un rêve
                Soit l’urne et l’encensoir.
 
Qu’on y verse prodigue une goutte dernière !
                À mes derniers moments,
Je veux plonger encor mon âme tout entière
                Dans des ravissements.
 
Accourez, accourez, ô mes plus riants songes,
                Entourez-moi d’erreurs !
Que la réalité fasse place aux mensonges :
                Fuyez, vaines terreurs !
 
Ô cantiques chéris qui souleviez mon âme,
                Retentissez encor !
Ô feux dont je brûlais, rendez-moi votre flamme
                Aux rayonnements d’or !
 
Je veux, bercée aux flots d’une douce harmonie,
                Fixant l’horizon bleu,
Écouter une voix dont la note infinie
                Vibre partout : Mon Dieu !
 
Mon Dieu ! toi seul es tout ! en toi seul on respire
                Génie, amour et foi !
Voilà ton œil, ton souffle ! et l’âme qui soupire
                Est un écho de toi.
 
Pourquoi pleurer la vie, alors qu’elle est tranchée
                Au milieu de ses fleurs ?
De désillusion avant qu’on l’ait tachée,
                Avant le temps des pleurs !
 
Ô mon âme, endors-toi, souriante, enivrée !
                Crois au réveil divin !
Là tu t’élanceras, prophétique, inspirée,
                Dans l’espace sans fin.
 
Ou plutôt, comme aux jours de ton brûlant délire,
                Quand ton aile vibrait,
Répète les accords s’exhalant de ta lyre
                Au Dieu qui t’attirait.
 
Dans un double linceul, l’extase et la prière,
                Ensevelis ton chant !
Donne une larme à ceux demeurés en arrière
                Et qui vont trébuchant.
 
Dieu ! jette sur le pauvre un regard favorable !
                Qu’un destin moins cruel
Fasse adorer l’appui de ton bras secourable,
                Fasse croire à ton ciel !
 
Et vous infortunés, vous malheureux, mes frères,
                Du sort épouvantés,
Le courage ennoblit : viendront des jours prospères,
                Vos pleurs seront comptés !
 
Passagère sans nom sur l’océan du monde,
                Jeune je touche au port ;
Encore un chant, mon cœur ! l’esprit de Dieu m’inonde,
                Oh ! bien douce est la mort.
 

6 janvier 1831.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

Сrоs : «Jе suis un hоmmе mоrt dеpuis plusiеurs аnnéеs...»

Lаfоrguе : Splееn dеs nuits dе јuillеt

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Τоulеt : «Νоus bûmеs tоut lе јоur...»

Αpоllinаirе : À lа Sаnté

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Саrсо : Βоhèmе

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Régniеr : «Fеmmеs qui аimеz miеuх lе fоutrе quе lе pаin...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Sоnnеt mоrnе (Riсhеpin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Rоndеl : «Αh ! lа prоmеnаdе ехquisе...» (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Βаllаdе dе lа ruinе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz