Augustine-Malvina Blanchecotte


Encore un chant, mon cœur !


 
Encore un chant, mon cœur ! d’un jour pur qui s’achève
                Recueillons le beau soir !
Que ma coupe tarie et qu’emplissait un rêve
                Soit l’urne et l’encensoir.
 
Qu’on y verse prodigue une goutte dernière !
                À mes derniers moments,
Je veux plonger encor mon âme tout entière
                Dans des ravissements.
 
Accourez, accourez, ô mes plus riants songes,
                Entourez-moi d’erreurs !
Que la réalité fasse place aux mensonges :
                Fuyez, vaines terreurs !
 
Ô cantiques chéris qui souleviez mon âme,
                Retentissez encor !
Ô feux dont je brûlais, rendez-moi votre flamme
                Aux rayonnements d’or !
 
Je veux, bercée aux flots d’une douce harmonie,
                Fixant l’horizon bleu,
Écouter une voix dont la note infinie
                Vibre partout : Mon Dieu !
 
Mon Dieu ! toi seul es tout ! en toi seul on respire
                Génie, amour et foi !
Voilà ton œil, ton souffle ! et l’âme qui soupire
                Est un écho de toi.
 
Pourquoi pleurer la vie, alors qu’elle est tranchée
                Au milieu de ses fleurs ?
De désillusion avant qu’on l’ait tachée,
                Avant le temps des pleurs !
 
Ô mon âme, endors-toi, souriante, enivrée !
                Crois au réveil divin !
Là tu t’élanceras, prophétique, inspirée,
                Dans l’espace sans fin.
 
Ou plutôt, comme aux jours de ton brûlant délire,
                Quand ton aile vibrait,
Répète les accords s’exhalant de ta lyre
                Au Dieu qui t’attirait.
 
Dans un double linceul, l’extase et la prière,
                Ensevelis ton chant !
Donne une larme à ceux demeurés en arrière
                Et qui vont trébuchant.
 
Dieu ! jette sur le pauvre un regard favorable !
                Qu’un destin moins cruel
Fasse adorer l’appui de ton bras secourable,
                Fasse croire à ton ciel !
 
Et vous infortunés, vous malheureux, mes frères,
                Du sort épouvantés,
Le courage ennoblit : viendront des jours prospères,
                Vos pleurs seront comptés !
 
Passagère sans nom sur l’océan du monde,
                Jeune je touche au port ;
Encore un chant, mon cœur ! l’esprit de Dieu m’inonde,
                Oh ! bien douce est la mort.
 

6 janvier 1831.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

☆ ☆ ☆ ☆

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Αu bоrd dе l’еаu (Sullу Ρrudhоmmе)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Jаdis sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur L’Αubе à l’Εnvеrs (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αquаrеllе (Ρоpеlin)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz