Flaminio de Birague



Ô cœur triste et pensif, qui en si dur martyre,
Te recuis à feu lent, en si dur crève-cœur,
Pensant apprivoiser d’une Tigre le cœur,
Et que d’un diamant quelque suc on retire.
 
Plutôt contre Aquilon animé de grande ire
Ferme résisterait quelque feuillard vainqueur,
Plutôt tout l’Océan tarirait sa liqueur,
Plutôt l’aimant serait plus mol que n’est la cire :
 
Que de jamais trouver en ce cœur aimantin
Un seul trait de pitié, ainsi veut le destin,
Mon cœur n’y pense plus, change mon cœur ta chance.
 
Encor qu’un bon Démon l’incitât à pitié,
Jamais loyer égal à ta ferme amitié
Ne répondrait au tiers de ta longue souffrance.
 

Commentaire (s)
Déposé par Сосhоnfuсius le 19 octobre 2016 à 17h58

Nef de l’Ambibouddha
--------------------------

Laissant derrière lui l’humanité martyre,
Le grand Ambibouddha, dont limpide est le coeur,
Lui qui apprivoisa des Tigres l’empereur,
Avec ses animaux loin du port se retire.

Contre lui, d’Aquilon, rien ne peuvent les ires,
Son esprit pacifique en est toujours vainqueur;
Zeus lui verse un nectar, savoureuse liqueur,
Lui ne bouge pas plus que sa statue de cire.

Baleine et cachalot, sirène et lamantin,
Les animaux marins veulent que son destin
Soit heureux pour longtemps, car ça leur porte chance.

C’est le noble seigneur, le maître de pitié,
L’éternel Océan l’a pris en amitié,
Lui qui nous a promis l’avenir sans souffrance.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 mars 2017 à 09h10

Le train où vont les choses
----------------------------------

Un ange cherche en vain la scène du martyre,
Un coq fait retentir un chant qui vient du coeur,
Dans un wagon blindé se cache l’empereur,
Fort bien dissimulé par le rideau qu’il tire.

Il gagne un lieu d’exil, protégé pas ses sbires,
Abandonnant sa ville au général vainqueur ;
Le train porte des fruits, des gâteaux, des liqueurs,
Tout ça pour adoucir l’humeur du triste sire.

Grand monarque et vaincu, empereur et pantin,
Il ne proteste pas contre son lourd destin :
Il dit, modestement, qu’il n’a pas eu de chance.

Or, quelques historiens le prendront en pitié,
Parmi ceux qui, jadis, eurent son amitié,
Et gloire ajouteront à son lot de souffrance.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 10 avril 2019 à 11h48

Antichiroptère
---------------

Cet antichiroptère est le fils d’un satyre
Duquel il hérita le redoutable coeur ;
Il n’est pas fils de roi, n’est pas fils d’empereur,
Mais il se satisfait des vierges qu’il attire.

Des puissants de ce monde il n’est jamais le sbire,
Car il ne lui plaît pas de servir les vainqueurs ;
Mais quand un duc l’invite à boire des liqueurs,
Cet animal rétif devient un joyeux sire.

Il ne lui convient pas d’obéir aux pantins,
Lui qui veut se charger tout seul de son destin
Dont les clins d’oeil, parfois, lui sont une espérance.

Son père sévissait, prédateur sans pitié,
Mais il était aussi capable d’amitié :
D’un tel homme, il apprit l’amour et la souffrance.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Jаdis sur «Dаns lе lit vаstе еt dévаsté...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Ρаnnуrе аuх tаlоns d’оr (Sаmаin)

De Jаdis sur «Si је trépаssе еntrе tеs brаs, Μаdаmе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Ρégаsе (Lоuÿs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Si lе blаnс pur...» (Sсèvе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz