Flaminio de Birague



Je sais bien qu’on dira que je suis téméraire
De ce qu’étant mortel j’aime une Déité
Mais un esprit gentil est toujours agité
D’une belle manie, & fureur non vulgaire.
 
Quand on me donnerait les richesses de Daire,
De Craese, & de celui que l’on vit sus monté,
Vaincu, pris, & tué par le Parthe indompté,
Pour aimer bassement, je ne le voudrais faire.
 
Non, il ne m’en chaut pas : qu’on die que je suis
Un Icare nouveau, & que fol je poursuis,
Ainsi que Phaeton, une entreprise étrange.
 
Si j’aime dans le ciel je suis égal aux Dieux,
Si je tombe du ciel, un trépas glorieux
Couronnera ma fin de gloire & de louange.
 



Commentaire(s)
Déposé par lacote le 22 mai 2018 à 20h59

Michel Jaouen,

C’était un religieux à l’esprit téméraire
Pour secourir les hommes au passé agité,
Faisant de la drogue leur seule déité,
Un profil devenu de plus en plus vulgaire.

Il leur faisait vivre des moments solidaires,
Il valait mieux l’être quand il fallait dompter,
Son très cher Bel Espoir dans les flots démontés,
Et puis sur un voilier il y a tant à faire.

Michel n’imposait pas sa croyance en Dieu,
Le bord était vierge de marques du glorieux,
Sauf dans sa cabine d’où partaient ses louanges.

Désormais c’est du ciel, que le bateau, il suit,
Car grâce à ses amis son action se poursuit,
À ce qu’ils soient nombreux, il n’y a rien d’étrange.

https://misquette.wordpress.com/2018/05/21/michel-jaouen/

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 15 mai 2018 à 12h27

Aigle d’inframonde
---------------------

C’est l’aigle d’inframonde, un oiseau téméraire ;
Sans crainte, il peut lutter contre une déité,
Il est plein d’assurance, il n’est pas agité,
Il n’est pas profiteur, il n’a rien de vulgaire.

Du phénix infernal on le voit solidaire,
Lui qui le feu d’en bas voit sans se démonter ;
Comme il advient souvent, cet aigle est indompté,
Pline le décrit mieux que je ne peux le faire.

Alors, je l’aime bien, passereau que je suis,
Et si des idéaux moins nobles je poursuis,
Sa grandeur, sa fierté n’ont pour moi rien d’étrange.

Or, si vous rencontrez cet aigle égal aux Dieux,
Ou si vous entendez son rire glorieux,
Faites-lui parvenir ma modeste louange.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Lоrrаin : Réсurrеnсе

Cоmmеntaires récеnts

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur «Αmi, је t’аpprеndrаi (еnсоrе quе tu sоis...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Vеuх-tu sаvоir, Duthiеr, quеllе сhоsе с’еst Rоmе ?...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Αvоir pеu dе pаrеnts, mоins dе trаin quе dе rеntе...» (Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Βасhоt sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz