Antoine de Bertin


À Catilie


 
          Dans la contrainte et les alarmes
          Je vois s’envoler nos beaux jours :
          La douleur a flétri vos charmes,
          Et mes yeux à verser des larmes
          Semblent condamnés pour toujours.
          Ô la plus belle des maîtresses,
          Mon bonheur s’est évanoui :
          Je perds vos touchantes caresses,
Hélas ! et de ces biens, dont j’ai trop peu joui,
          Il ne me reste que ma flamme,
Vos lettres, mes regrets, mes désirs superflus,
Et la triste douceur de nourrir dans mon âme
L’éternel souvenir d’un bonheur qui n’est plus.
          Tout brûle autour de moi, tout aime,
          Tout s’enivre de voluptés ;
          Deux à deux, vers le bien suprême
          Je vois tous les cœurs emportés ;
          Sans crainte à la ville, au village,
          On forme des liens charmants,
          Et l’univers n’est qu’un bocage
          Peuplé de fortunés amants.
          L’amour d’une douce folie
          Prend soin de remplir leurs moments :
          Nous seuls, ma chère Catilie,
          Nous seuls éprouvons ses tourments.
          Sans témoins une loi sévère
          Me défend de vous approcher ;
          À l’œil d’un époux ou d’un père
          Toujours soigneux de me cacher,
          Depuis une semaine entière,
          Je n’ai pu seulement toucher
          La main et si douce et si chère,
          Où, sans exciter leur colère,
          Du mortel le moins téméraire
          La bouche a droit de s’attacher.
          À table, aux jeux, on nous sépare ;
          Nos argus veillent en tous lieux,
          Et, recherchant d’un œil avare
          Les pleurs qui roulent dans vos yeux,
          Ils se font un plaisir barbare
          De troubler jusqu’à nos adieux.
          Mais ne craignez point, ô mon âme,
          Que leur inflexible rigueur
          Éteigne ou lasse mon ardeur :
          Mes chagrins même et leur fureur
          Vous rendent plus chère à ma flamme.
          Ah ! si, malgré leurs soins jaloux,
          Mon cœur se fait entendre au vôtre,
          Mon sort est encore assez doux.
          J’aime mieux souffrir avec vous,
          Que d’être heureux avec une autre.
 

Les Amours, 1780

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Gаutiеr : Quеstiоns

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

Dubоs : À Frоntоn : «Τоi qui, саpitаinе, оrаtеur...»

Lаmаrtinе : L’Αutоmnе

Βаudеlаirе : Μаdеmоisеllе Βistоuri

Ρаrnу : «D’un lоng sоmmеil, ј’аi gоûté lа dоuсеur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μа Dаmе, је mе mеurs аbаndоnné d’еspоir...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sur un mаi (Ρаssеrаt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Sоurсе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе