Jean Bertaut


Chanson


 
              Les cieux inexorables
              Me sont si rigoureux
              Que les plus misérables
Se comparant à moi se trouveraient heureux.
 
              Je ne fais à cette heure
              Que souhaiter la mort
              Dont la longue demeure
Prolonge dessus moi l’insolence du sort.
 
              Mon lit est de mes larmes
              Trempé toutes les nuits
              Et ne peuvent ses charmes,
Lors même que je dors, endormir mes ennuis.
 
              Si je fais quelque songe
              J’en suis épouvanté.
              Car même son mensonge
Exprime de mes maux la triste vérité.
 
              Vérité non croyable
              Qu’à l’esprit de celui,
              Qui d’un art pitoyable
Apprend en ses malheurs à plaindre ceux d’autrui.
 
              Toute paix, toute joie
              A pris de moi congé,
              Laissant mon âme en proie
À cent mille soucis dont mon cœur est rongé.
 
              La pitié, la justice,
              La constance et la foi
              Cédant à l’artifice
Dedans les cœurs humains sont éteintes pour moi.
 
              L’ingratitude paie
              Ma fidèle amitié,
              La calomnie essaie
À rendre mes tourments indignes de pitié.
 
              En un cruel orage
              On me laisse périr,
              Et, courant au naufrage.
Je vois chacun me plaindre et nul me secourir.
 
              Bref, il n’est sur la terre
              Espèce de malheur,
              Qui me faisant la guerre
N’expérimente en moi ce que peut la douleur.
 
              Et ce qui rend plus dure
              Le misère où je vis,
              C’est, ès maux que j’endure
La mémoire de l’heur que le ciel m’a ravi.
 
              Félicité passée
              Qui ne peux revenir,
              Tourment de ma pensée.
Que n’ai-je, en te perdant, perdu le souvenir !
 
              Hélas ! Il ne me reste
              De mes contentements
              Qu’un souvenir funeste
Qui me les convertit à toute heure en tourments.
 
              Le sort plein d’injustice
              M’ayant enfin rendu
              Ce reste un pur supplice.
Je serais plus heureux si j’avais plus perdu.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρеnsiоnnаirеs (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «Lоirе qui vаs dе tоn оndе vitréе...» (Τоurs)

De Jаdis sur Соuplеts dе l’оisеlièrе (Çа fаit pеur аuх оisеаuх) (Gаlоppе d'Οnquаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Αmоur vоmit sur mоi sа furеur еt sа rаgе...» (Jоdеllе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz