Jean Bertaut


Chanson


 
              Les cieux inexorables
              Me sont si rigoureux
              Que les plus misérables
Se comparant à moi se trouveraient heureux.
 
              Je ne fais à cette heure
              Que souhaiter la mort
              Dont la longue demeure
Prolonge dessus moi l’insolence du sort.
 
              Mon lit est de mes larmes
              Trempé toutes les nuits
              Et ne peuvent ses charmes,
Lors même que je dors, endormir mes ennuis.
 
              Si je fais quelque songe
              J’en suis épouvanté.
              Car même son mensonge
Exprime de mes maux la triste vérité.
 
              Vérité non croyable
              Qu’à l’esprit de celui,
              Qui d’un art pitoyable
Apprend en ses malheurs à plaindre ceux d’autrui.
 
              Toute paix, toute joie
              A pris de moi congé,
              Laissant mon âme en proie
À cent mille soucis dont mon cœur est rongé.
 
              La pitié, la justice,
              La constance et la foi
              Cédant à l’artifice
Dedans les cœurs humains sont éteintes pour moi.
 
              L’ingratitude paie
              Ma fidèle amitié,
              La calomnie essaie
À rendre mes tourments indignes de pitié.
 
              En un cruel orage
              On me laisse périr,
              Et, courant au naufrage.
Je vois chacun me plaindre et nul me secourir.
 
              Bref, il n’est sur la terre
              Espèce de malheur,
              Qui me faisant la guerre
N’expérimente en moi ce que peut la douleur.
 
              Et ce qui rend plus dure
              Le misère où je vis,
              C’est, ès maux que j’endure
La mémoire de l’heur que le ciel m’a ravi.
 
              Félicité passée
              Qui ne peux revenir,
              Tourment de ma pensée.
Que n’ai-je, en te perdant, perdu le souvenir !
 
              Hélas ! Il ne me reste
              De mes contentements
              Qu’un souvenir funeste
Qui me les convertit à toute heure en tourments.
 
              Le sort plein d’injustice
              M’ayant enfin rendu
              Ce reste un pur supplice.
Je serais plus heureux si j’avais plus perdu.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rеvеrdу : Stоp

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Snоwmаn sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Ρоssеssiоn (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сосhоnfuсius sur Rесuеillеmеnt (Βаudеlаirе)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Jаdis sur Lа Géаntе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz