Pierre-Jean de Béranger


Vieux habits, vieux galons


 

ou RÉFLEXIONS MORALES ET POLITIQUES D’UN MARCHAND D’HABITS DE LA CAPITALE


 

PREMIÈRE RESTAURATION, 1814


 

AIR : Vaudeville des Deux Edmond


 
 
Tout marchands d’habits que nous sommes,
Messieurs, nous observons les hommes :
D’un bout du monde à l’autre bout,
              L’habit fait tout.
Dans les changements qui surviennent,
Les dépouilles nous appartiennent :
Toujours en grand nous calculons.
              Vieux habits ! vieux galons !
 
Parfois en lisant la gazette,
Comme tant d’autres, je regrette
Que tout Français n’ait pas gardé
              L’habit brodé.
Mais j’en crois ceux qui s’y connaissent,
Les anciens préjugés renaissent.
On va quitter les pantalons.
              Vieux habits ! vieux galons !
 
 
Les modes et la politique
Ont cent fois rempli ma boutique ;
Combien on doit à leurs travaux
              D’habits nouveaux !
Quand de nos déesses civiques
On met en oubli les tuniques,
Aux passants nous les rappelons.
              Vieux habits ! vieux galons !
 
Un temps fameux par cent batailles
Mit du galon sur bien des tailles ;
De galon même étaient couverts
              Les habits verts [1].
Mais sans le bonheur point de gloire !
Nous seuls, après chaque victoire,
Nous avions ce que nous voulons.
              Vieux habits ! vieux galons !
 
Nous trouvons aussi notre compte
Avec tous les gens qui sans honte
Savent, dans un retour subit,
              Changer d’habit.
Les valets, troupe chamarrée,
Troquant aujourd’hui leur livrée,
Que d’habits bleus [2] nous étalons !
              Vieux habits ! vieux galons !
 
Les défenseurs de nos grands-pères,
Sortant de leurs nobles repaires,
Reprennent enfin à leur tour
              L’habit de cour.
Chez nous retrouvant leurs costumes,
Avec talons rouges et plumes,
Ils vont régner dans les salons.
              Vieux habits ! vieux galons !
 
Sans nul égard pour nos scrupules,
Si la foule des incrédules
Mit au nombre de ses larcins
              L’habit des saints,
Au nez de plus d’un philosophe
Je vais en revendre l’étoffe :
De piété nous redoublons.
              Vieux habits ! vieux galons !
 
Longtemps vantés dans chaque ouvrage,
Des grands, qu’aujourd’hui l’on outrage,
Portent au fond de leurs manoirs
              Des habits noirs.
Mais, grâce à nous, vont reparaître
Ces manteaux qu’eux-mêmes peut-être
Trouvaient bien pesants et bien longs.
              Vieux habits ! vieux galons !
 
De m’enrichir j’ai l’assurance :
L’on fêtera toujours en France,
En ville, au théâtre, à la cour,
              L’habit du jour.
Gens vêtus d’or et d’écarlate,
Pendant un mois chacun vous flatte ;
Puis à vos portes nous allons.
              Vieux habits ! vieux galons !
 
___________
1. La livrée impériale, vert et or.
2. La livrée royale.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Соppéе : «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Qu’il nе fаut pоint аimеr sаns êtrе аimé (Urfé)

De Сосhоnfuсius sur Sоngе (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...» (Dеrèmе)

De Jаdis sur Rеflеts (Μаеtеrlinсk)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Lа Fеnêtrе dе lа mаisоn pаtеrnеllе (Lаmаrtinе)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz