Pierre-Jean de Béranger


Roger Bontemps


 
Aux gens atrabilaires
Pour exemple donné,
En un temps de misères
Roger Bontemps est né.
Vivre obscur à sa guise,
Narguer les mécontents ;
Eh gai ! c’est la devise
Du gros Roger Bontemps.
 
Du chapeau de son père
Coiffé dans les grands jours,
De roses ou de lierre
Le rajeunir toujours ;
Mettre un manteau de bure,
Vieil ami de vingt ans ;
Eh gai ! c’est la parure
Du gros Roger Bontemps.
 
Posséder dans sa hutte
Une table, un vieux lit,
Des cartes, une flûte,
Un broc que Dieu remplit.
Un portrait de maîtresse,
Un coffre et rien dedans ;
Eh gai ! c’est la richesse
Du gros Roger Bontemps.
 
Aux enfants de la ville
Montrer de petits jeux ;
Être un faiseur habile
De contes graveleux :
Ne parler que de danse
Et d’almanachs chantants ;
Eh gai ! c’est la science
Du gros Roger Bontemps.
 
Faute de vin d’élite,
Sabler ceux du canton ;
Préférer Marguerite
Aux dames du grand ton ;
De joie et de tendresse
Remplir tous ses instants ;
Eh gai ! c’est la sagesse
Du gros Roger Bontemps.
 
Dire au Ciel : Je me fie,
Mon Père, à ta bonté
De ma philosophie
Pardonne la gaîté ;
Que ma saison dernière
Soit encore un printemps ;
Eh gai ! c’est la prière
Du gros Roger Bontemps.
 
Vous, pauvres pleins d’envie,
Vous, riches désireux,
Vous, dont le char dévie
Après un cours heureux ;
Vous, qui perdrez peut-être
Des titres éclatants,
Eh gai ! prenez pour maître
Le gros Roger Bontemps.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Lа Сhаmbrе

Rоllinаt : À quоi pеnsе lа Νuit

Μаllеvillе : Lа Flеur d’Αdоnis

Μоntrеuil : «Сhеz vоus је n’аi јаmаis été...»

Μérу : Lе Βаllеt dеs hеurеs

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Hоuvillе : Οffrаndе funérаirе

Μоntrеuil : Lеs Rêvеs mоrts

Rоllinаt : Lа Ρеtitе Sоuris

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : Μаgiе dе lа nаturе

Rоllinаt : Lеs Ιnfinis

Du Βеllау : «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...»

Du Βеllау : «Τu dis quе Du Βеllау tiеnt réputаtiоn...»

Du Βеllау : «Si mеs éсrits, Rоnsаrd, sоnt sеmés dе tоn lоs...»

Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе : «Quаnd је соntеmplе biеn lеs еffеts dе Νаturе...»

Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе : «Ô gеntil vеr qui vаs filаnt lа sоiе...»

Μérаt : Lе Grаnd Αrbrе

Сlаudе Quillеt

Βоufflеrs : L’Οсulistе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Quаnd је vаis pаr lа ruе, оù tаnt dе pеuplе аbоndе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus triоmphеz dе mоi, еt pоurсе је vоus dоnnе...» (Rоnsаrd)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «L’Hоmmе, lе fоrt Liоn ; lе Βœuf, еt l’Αiglе еn pоintе...» (Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Сurаrе- sur «Μаdаmе, се mаtin је vоus оffrе unе flеur...» (Lа Rоquе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Jаdis sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Αntigrippе sur Lа Τоrсhе (Νizеt)

De Ιо Kаnааn sur Lа Ρiеuvrе (Sаtiе)

De 15 bоurrеs sur Sоlliсitudеs (Frаnс-Νоhаin)

De Μоdо sur Lеs Ιngénus (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Αutrе sоnnеt sur lе mêmе vоl (Sаint-Αmаnt)

De JR Τrоll sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Xiаn sur «Si сеlui qui s’аpprêtе à fаirе un lоng vоуаgе...» (Du Βеllау)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz