Pierre-Jean de Béranger


Mon ombre


 

Air : J’étais bon chasseur autrefois.


 
 
L’oiseau module un dernier chant ;
Moi, vieillard, j’écoute et je songe.
Mais aux feux du soleil couchant
Je vois mon ombre qui s’allonge,
S’allonge et semble aller s’assoir
Au bord de la route poudreuse.
Elle aspire au repos du soir ;
Mon ombre devient paresseuse.
 
À quoi l’ai-je donc pu lasser ?
Au temps froid comme au temps des roses,
Si je marchais seul pour penser,
Pour rêver j’ai fait bien des pauses.
Alors de trop graves sujets
Forçaient-ils mon vol à s’étendre,
Tandis qu’au ciel je voyageais,
Mon ombre dormait à m’attendre.
 
Chantais-je à de joyeux banquets,
Sitôt qu’elle y pouvait paraître,
Derrière moi, comme un laquais,
La moqueuse singeait son maître.
Tard au logis rentrant parfois,
Quand l’aï tournait au mirage,
Au clair de lune, je le crois,
Mon ombre eût fait rougir un sage.
 
Je ne veux non plus le cacher :
Jadis des ombres moins fidèles,
À ses bras daignant s’attacher,
La faisaient courir avec elles.
C’était le temps des jours d’espoir,
Des nuits d’amour toutes remplies.
Dans ces nuits, grâce à l’éteignoir,
Mon ombre a fait peu de folies.
 
Les beaux rêves m’ont tous quitté.
Où sont les ombres des sylphides ?
À peine un rayon de gaieté
Glisse encore à travers mes rides.
Il est un fantôme divin
Qui rend le soir des ans moins sombre
C’est la gloire, hélas ! mais en vain
Mon ombre a poursuivi cette ombre.
 
Une ombre de Dieu brille en nous ;
Je le sens, et pourtant j’ignore
Ce qu’à ses yeux nous sommes tous,
Sur ce vieux sol qui nous dévore.
Mais le soleil disparaissant
Peut-être résout ce problème,
Car il semble qu’en s’effaçant
Mon ombre dise : Ombre toi-même.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе mе fеrаi sаvаnt еn lа philоsоphiе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhеvriеr (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Τаnt quе l’оisеаu dе Jupitеr vоlа...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz