Pierre-Jean de Béranger


Les Souvenirs du Peuple


 
  On parlera de sa gloire
  Sous le chaume bien longtemps.
  L’humble toit, dans cinquante ans,
Ne connaîtra plus d’autre histoire.
  Là viendront les villageois
  Dire alors à quelque vieille :
  « Par des récits d’autrefois,
  Mère, abrégez notre veille.
  Bien, dit-on, qu’il nous ait nui,
  Le peuple encor le révère,
            Oui, le révère ;
  Parlez-nous de lui, grand-mère,
        Parlez-nous de lui. »
 
  « Mes enfants, dans ce village,
  Suivi de rois, il passa ;
  Voilà bien longtemps de ça :
Je venais d’entrer en ménage.
  À pied grimpant le coteau
  Où pour voir je m’étais mise,
  Il avait petit chapeau
  Avec redingote grise.
  Près de lui je me troublai ;
  Il me dit : Bonjour, ma chère,
            Bonjour, ma chère.
  — Il vous a parlé, grand-mère !
        Il vous a parlé !
 
  « L’an d’après, moi, pauvre femme,
  À Paris étant un jour,
  Je le vis avec sa cour :
Il se rendait à Notre-Dame.
  Tous les cœurs étaient contents ;
  On admirait son cortège.
  Chacun disait : Quel beau temps !
  Le ciel toujours le protège.
  Son sourire était bien doux ;
  D’un fils Dieu le rendait père,
            Le rendait père.
  — Quel beau jour pour vous, grand-mère !
        Quel beau jour pour vous !
 
  « Mais quand la pauvre Champagne
  Fut en proie aux étrangers,
  Lui, bravant tous les dangers,
Semblait seul tenir la campagne.
  Un soir, tout comme aujourd’hui,
  J’entends frapper à ma porte ;
  J’ouvre ; bon Dieu ! c’était lui
  Suivi d’une faible escorte.
  Il s’assoit où me voilà,
  S’écriant : Oh ! quelle guerre !
            Oh ! quelle guerre !
  — Il s’est assis là, grand-mère !
        Il s’est assis là !
 
  « J’ai faim, dit-il ; et bien vite
  Je sers piquette et pain bis ;
  Puis il sèche ses habits,
Même à dormir le feu l’invite.
  Au réveil, voyant mes pleurs,
  Il me dit : ‘‘Bonne espérance !
  Je cours de tous ses malheurs,
  Sous Paris, venger la France.’’
  Il part ; et comme un trésor
  J’ai depuis gardé son verre,
            Gardé son verre.
  — Vous l’avez encor, grand-mère
        Vous l’avez encor !
 
  « Le voici. Mais à sa perte
  Le héros fut entraîné.
  Lui, qu’un pape a couronné,
Est mort dans une île déserte.
  Longtemps aucun ne l’a cru ;
  On disait : Il va paraître.
  Par mer il est accouru ;
  L’étranger va voir son maître.
  Quand d’erreur on nous tira,
  Ma douleur fut bien amère,
            Fut bien amère.
  — Dieu vous bénira, grand-mère,
        Dieu vous bénira ! »
 

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Dаns un pеsаnt rеpоs d’аprès-midi vеrmеil...» (Vеrhаеrеn)

De Сосhоnfuсius sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Νоblеs еt vаlеts (Νеrvаl)

De Jаdis sur «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...» (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Ρаn (Hеrеdiа)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Jаdis sur Τrоp tаrd (Sullу Ρrudhоmmе)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz