Pierre-Jean de Béranger


Les Hirondelles


 
    Captif au rivage du Maure
    Un guerrier courbé sous ses fers
    Disait : « Je vous revois encore,
    Oiseaux ennemis des hivers.
    Hirondelles, que l’espérance
    Suit jusqu’en ces brillants climats,
    Sans doute vous quittez la France :
De mon pays ne me parlez-vous pas ?
 
    « Depuis trois ans je vous conjure
    De m’apporter un souvenir
    Du vallon où ma vie obscure
    Se berçait d’un doux avenir.
    Au détour d’une eau qui chemine
    À flots purs, sous de frais lilas,
    Vous avez vu notre chaumine :
De ce vallon ne me parlez-vous pas ?
 
    « L’une de vous peut-être est née
    Au toit où j’ai reçu le jour ;
    Là, d’une mère infortunée
    Vous avez dû pleurer l’amour.
    Mourante, elle croit à toute heure
    Entendre le bruit de mes pas ;
    Elle écoute, et puis elle pleure :
De son amour ne me parlez-vous pas ?
 
    « Ma sœur est-elle mariée ?
    Avez-vous vu de nos garçons
    La foule, aux noces conviée,
    La célébrer dans leurs chansons ?
    Et ces compagnons du jeune âge,
    Qui m’ont suivi dans les combats,
    Ont-ils revu tous le village ?
De tant d’amis ne me parlez-vous pas ?
 
    « Sur leurs corps l’étranger peut-être
    Du vallon reprend le chemin ;
    Sous mon chaume il commande en maître ;
    De ma sœur il trouble l’hymen.
    Pour moi plus de mère qui prie,
    Et partout des fers ici-bas.
    Hirondelles de ma patrie,
De ses malheurs ne me parlez-vous pas ? »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаmuz : Lе Ρауs

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сrоquis

Rаmuz : Lе Ρауs

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Сhоsеs fаtаlеs (Rоdеnbасh)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz