Pierre-Jean de Béranger


Les Hirondelles


 
    Captif au rivage du Maure
    Un guerrier courbé sous ses fers
    Disait : « Je vous revois encore,
    Oiseaux ennemis des hivers.
    Hirondelles, que l’espérance
    Suit jusqu’en ces brillants climats,
    Sans doute vous quittez la France :
De mon pays ne me parlez-vous pas ?
 
    « Depuis trois ans je vous conjure
    De m’apporter un souvenir
    Du vallon où ma vie obscure
    Se berçait d’un doux avenir.
    Au détour d’une eau qui chemine
    À flots purs, sous de frais lilas,
    Vous avez vu notre chaumine :
De ce vallon ne me parlez-vous pas ?
 
    « L’une de vous peut-être est née
    Au toit où j’ai reçu le jour ;
    Là, d’une mère infortunée
    Vous avez dû pleurer l’amour.
    Mourante, elle croit à toute heure
    Entendre le bruit de mes pas ;
    Elle écoute, et puis elle pleure :
De son amour ne me parlez-vous pas ?
 
    « Ma sœur est-elle mariée ?
    Avez-vous vu de nos garçons
    La foule, aux noces conviée,
    La célébrer dans leurs chansons ?
    Et ces compagnons du jeune âge,
    Qui m’ont suivi dans les combats,
    Ont-ils revu tous le village ?
De tant d’amis ne me parlez-vous pas ?
 
    « Sur leurs corps l’étranger peut-être
    Du vallon reprend le chemin ;
    Sous mon chaume il commande en maître ;
    De ma sœur il trouble l’hymen.
    Pour moi plus de mère qui prie,
    Et partout des fers ici-bas.
    Hirondelles de ma patrie,
De ses malheurs ne me parlez-vous pas ? »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Li-tаï-pé

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «À quоi bоn tе сhеrсhеr, glоirе, viеillе étiquеttе !...»

Βirаguе : «Grоttеs, Саvеrnеs, Ρrés, Τеrtrеs, Fоrêts, Rivаgеs...»

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lа Сigаlе (Βеllеаu)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Jаdis sur Sur lеs Vеnts (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Jаdis sur Épitаphе dе mаdеmоisеllе dе Соntу, Μаriе dе Βоurbоn (Μаlhеrbе)

De Сосhоnfuсius sur Sur lеs аrbrеs еt lеs plаntеs (Drеlinсоurt)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz