Pierre-Jean de Béranger


Les Deux Sœurs

ou Le cas de conscience


    Zoé, de votre sœur cadette,
    Que voulez-vous entre deux draps ?
    Que sans chemise je me mette ?
    Fi ! ma sœur, vous n’y pensez pas.
Mais à vos fins vous voilà parvenue,
    Et vous baisez ma gorge nue ;
              Vous me tiraillez,
              Vous me chatouillez,
                    M’émoustillez ;
          Mais au fond ce n’est rien,
                    Je le sens bien ;
          Mais au fond ce n’est rien.
 
    Pour vous en prendre à notre sexe,
    Avez-vous mis l’autre aux abois ?
    C’est peu que votre main me vexe,
    Vous usez pour vous de mes doigts :
La tête aux pieds la voilà qui se couche ;
    Ciel ! où mettez-vous votre bouche ?
          Ah ! pour une sœur,
              Quelle noirceur !
              Quelle douceur !
          Mais au fond....
 
    Rougirions-nous ? je le demande,
    Si nos amants pouvaient nous voir ?
    Pourtant il faut que je vous rende
    Le plaisir que je viens d’avoir.
Je m’enhardis ; car jamais, que je ne sache,
    Je n’ai baisé d’homme à moustache.
          Ah ! nous jouissons
              Et des garçons
              Nous nous passons.
          Mais au fond...
 
    Ne croyez pas que je contracte
    Ce goût déjà trop répandu,
    C’est bon pour amuser l’entracte
    Quand le grand acteur est rendu.
Ce que je crains, ô sœur trop immodeste,
    C’est d’avoir commis un inceste ;
          Peut-être est-ce un cas
              Dont nos prélats
              Ne parlent pas
    Car au fond ce n’est rien,
              Je le sens bien ;
    Car au fond ce n’est rien.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Rаgеs dе Сésаrs (Rimbаud)

De Сосhоnfuсius sur «Jе mе fеrаi sаvаnt еn lа philоsоphiе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Сhеvriеr (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz