Pierre-Jean de Béranger


La Grande Orgie


 
 

Air : Vive le vin de Ramponneau


 
 
Le vin charme tous les esprits :
            Qu’on le donne
                Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                    Gris.
 
            Non, plus d’accès
                Aux procès ;
    Vidons, joyeux Français,
    Nos caves renommées.
            Qu’un censeur vain
                Croie en vain
    Fuir le pouvoir du vin,
    Et s’enivre aux fumées.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Graves auteurs,
                Froids rhéteurs,
    Tristes prédicateurs,
    Endormeurs d’auditoires ;
            Gens à pamphlets,
                À couplets,
    Changez en gobelets
    Vos larges écritoires.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Loin du fracas
                Des combats,
    Dans nos vins délicats
    Mars a noyé ses foudres.
            Gardiens de nos
                Arsenaux,
    Cédez-nous les tonneaux
    Où vous mettiez vos poudres.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Nous qui courons
                Les tendrons,
    De Cythère enivrons
    Les colombes légères.
            Oiseaux chéris
                De Cypris,
    Venez, malgré nos cris,
    Boire au fond de nos verres.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            L’or a cent fois
                Trop de poids.
    Un essaim de grivois,
    Buvant à leurs mignonnes,
            Trouve au total
                Ce cristal
    Préférable au métal
    Dont on fait les couronnes.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Enfants charmants
                De mamans
    Qui des grands sentiments
    Banniront la folie,
            Nos fils bien gros,
                Bien dispos,
    Naîtront parmi les pots,
    Le front taché de lie.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Fi d’un honneur
                Suborneur !
    Enfin du vrai bonheur
    Nous porterons les signes.
            Les rois boiront
                Tous en rond ;
    Les lauriers serviront
    D’échalas à nos vignes.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Raison, adieu !
                Qu’en ce lieu
    Succombant sous le dieu
    Objet de nos louanges,
            Bien ou mal mis,
                Tous amis,
    Dans l’ivresse endormis,
    Nous rêvions les vendanges !
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Lаfоrguе : Dimаnсhеs : «Οh ! се piаnо, се сhеr piаnо...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

Vеrlаinе : Ρrоlоguе : «L’аmоur еst infаtigаblе !...»

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

☆ ☆ ☆ ☆

Vignу : Lа Frégаtе Lа Sériеusе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Rоnsаrd : «Ρоurtаnt si tа mаîtrеssе еst un pеtit putаin...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Rоmаins : «Un dе сеuх...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сi-gît qui fut dе bоnnе tаillе...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur «Ρlus millе fоis quе nul оr tеrriеn...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Jаdis sur «Τоut hоmmе а sеs dоulеurs...» (Сhéniеr)

De Jаdis sur «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...» (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz