Pierre-Jean de Béranger


La Grande Orgie


 
 

Air : Vive le vin de Ramponneau


 
 
Le vin charme tous les esprits :
            Qu’on le donne
                Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                    Gris.
 
            Non, plus d’accès
                Aux procès ;
    Vidons, joyeux Français,
    Nos caves renommées.
            Qu’un censeur vain
                Croie en vain
    Fuir le pouvoir du vin,
    Et s’enivre aux fumées.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Graves auteurs,
                Froids rhéteurs,
    Tristes prédicateurs,
    Endormeurs d’auditoires ;
            Gens à pamphlets,
                À couplets,
    Changez en gobelets
    Vos larges écritoires.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Loin du fracas
                Des combats,
    Dans nos vins délicats
    Mars a noyé ses foudres.
            Gardiens de nos
                Arsenaux,
    Cédez-nous les tonneaux
    Où vous mettiez vos poudres.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Nous qui courons
                Les tendrons,
    De Cythère enivrons
    Les colombes légères.
            Oiseaux chéris
                De Cypris,
    Venez, malgré nos cris,
    Boire au fond de nos verres.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            L’or a cent fois
                Trop de poids.
    Un essaim de grivois,
    Buvant à leurs mignonnes,
            Trouve au total
                Ce cristal
    Préférable au métal
    Dont on fait les couronnes.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Enfants charmants
                De mamans
    Qui des grands sentiments
    Banniront la folie,
            Nos fils bien gros,
                Bien dispos,
    Naîtront parmi les pots,
    Le front taché de lie.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Fi d’un honneur
                Suborneur !
    Enfin du vrai bonheur
    Nous porterons les signes.
            Les rois boiront
                Tous en rond ;
    Les lauriers serviront
    D’échalas à nos vignes.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Raison, adieu !
                Qu’en ce lieu
    Succombant sous le dieu
    Objet de nos louanges,
            Bien ou mal mis,
                Tous amis,
    Dans l’ivresse endormis,
    Nous rêvions les vendanges !
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Rоnsаrd : «L’аutrе јоur quе ј’étаis sur lе hаut d’un dеgré...»

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

Riсhеpin : Lа Flûtе

Lа Fоntаinе : Lа Сigаlе еt lа Fоurmi

Οrléаns : «Lе tеmps а lаissé sоn mаntеаu...»

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Μignоnnе, аllоns vоir si lа rоsе...»

Rоnsаrd : «Quаnd vоus sеrеz biеn viеillе, аu sоir à lа сhаndеllе...»

Hеrеdiа : Αrmоr

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Αmi, је vоus éсris du fоnd d’unе саntinе...»

Jаmmеs : Lе pаuvrе сhiеn

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе lа Μоrt

Sаmаin : Lеs Sirènеs

Lаfоrguе : Fаrсе éphémèrе

Νоuvеаu : «Si nоus étiоns mоrts quаnd nоus étiоns mômеs...»

Lаutréаmоnt : «Unе pоtеnсе s’élеvаit sur lе sоl...»

Flаuх : Lеs Jеunеs Fillеs dе Stосkhоlm

Lоrrаin : Sеignеurs

Μаеtеrlinсk : «Lеs trоis sœurs оnt vоulu mоurir ...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Μаis qui vоus mеut, Sеignеur, dе sоrtir à сеttе hеurе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеlui qui dе plus près аttеint lа déité...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Jаdis sur Соrs dе сhаssе (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Ρаssаnts, nе сhеrсhеz plus dеssоus l’Οrquе infеrnаl...» (Νuуsеmеnt)

De Jаdis sur Νоblеs еt vаlеts (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur Zèbrе (Hеrvillу)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz