Pierre-Jean de Béranger


La Grande Orgie


 
 

Air : Vive le vin de Ramponneau


 
 
Le vin charme tous les esprits :
            Qu’on le donne
                Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                    Gris.
 
            Non, plus d’accès
                Aux procès ;
    Vidons, joyeux Français,
    Nos caves renommées.
            Qu’un censeur vain
                Croie en vain
    Fuir le pouvoir du vin,
    Et s’enivre aux fumées.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Graves auteurs,
                Froids rhéteurs,
    Tristes prédicateurs,
    Endormeurs d’auditoires ;
            Gens à pamphlets,
                À couplets,
    Changez en gobelets
    Vos larges écritoires.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Loin du fracas
                Des combats,
    Dans nos vins délicats
    Mars a noyé ses foudres.
            Gardiens de nos
                Arsenaux,
    Cédez-nous les tonneaux
    Où vous mettiez vos poudres.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Nous qui courons
                Les tendrons,
    De Cythère enivrons
    Les colombes légères.
            Oiseaux chéris
                De Cypris,
    Venez, malgré nos cris,
    Boire au fond de nos verres.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            L’or a cent fois
                Trop de poids.
    Un essaim de grivois,
    Buvant à leurs mignonnes,
            Trouve au total
                Ce cristal
    Préférable au métal
    Dont on fait les couronnes.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Enfants charmants
                De mamans
    Qui des grands sentiments
    Banniront la folie,
            Nos fils bien gros,
                Bien dispos,
    Naîtront parmi les pots,
    Le front taché de lie.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Fi d’un honneur
                Suborneur !
    Enfin du vrai bonheur
    Nous porterons les signes.
            Les rois boiront
                Tous en rond ;
    Les lauriers serviront
    D’échalas à nos vignes.
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 
            Raison, adieu !
                Qu’en ce lieu
    Succombant sous le dieu
    Objet de nos louanges,
            Bien ou mal mis,
                Tous amis,
    Dans l’ivresse endormis,
    Nous rêvions les vendanges !
 
Le vin charme tous les esprits :
                Qu’on le donne
                    Par tonne.
Que le vin pleuve dans Paris,
Pour voir les gens les plus aigris
                        Gris.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Désеrtеusеs

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Rimbаud : «Jе préfèrе sаns dоutе...»

Riсhеpin : Οisеаuх dе pаssаgе

Βеаuјеu : «Lе sоir, аu sоn bruуаnt...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vеrlаinе : Sérénаdе

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Jаmmеs : Lе Dеuil du соnsеillеr muniсipаl

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

☆ ☆ ☆ ☆

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Сеndrаrs : Βоmbау-Εхprеss

Vеrlаinе : «Ν’еst-се pаs ? еn dépit dеs sоts еt dеs méсhаnts...»

Rimbаud : «Jе préfèrе sаns dоutе...»

Νоаillеs : Lеs Rеgrеts

Τоulеt : L’Ιngénuе.

Riсhеpin : Βеаuté mоdеrnе

Τоulеt : «Се fut pаr un sоir dе l’аutоmnе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt sur dеs mоts qui n’оnt pоint dе rimе

Αpоllinаirе : Lе Hibоu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Désеrtеusеs (Сrоs)

De Jаdis sur Lеs Grеniеrs (Vеrhаеrеn)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur Μаriе (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «Dе tоi lа dоuсе, еt frаîсhе...» (Sсèvе)

De Сосhоnfuсius sur Dilесtiоn (Sаmаin)

De Jаdis sur Sоnnеt nuptiаl (Αјаlbеrt)

De Сurаrе- sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur Lеs Νègrеs (Jаmmеs)

De Сurаrе- sur «J’étаis еn libеrté quаnd сеllе qui m’еngаgе...» (Lа Rоquе)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De Сhristiаn sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Сhristiаn sur «Соmmе unе bеllе flеur аssisе еntrе lеs flеurs...» (Rоnsаrd)

De dеsfоrgеs sur Sуmphоniе inасhеvéе (Μilоsz)

De Ιо Kаnааn sur L’Éсhо (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Ρèlеrinаgе (Vеrhаеrеn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz