Du Bellay

Les Regrets, 1558



Si fruits, raisins et blés, et autres telles choses,
Ont leur tronc, et leur cep, et leur semence aussi,
Et s’on voit au retour du printemps adouci
Naître de toutes parts violettes et roses ;
 
Ni fruits, raisins, ni blés, ni fleurettes décloses
Sortiront, Viateur, du corps qui gît ici :
Aulx, oignons, et porreaux, et ce qui fleure ainsi,
Auront ici dessous leurs semences encloses.
 
Toi donc, qui de l’encens et du baume n’as point,
Si du grand Jules tiers quelque regret te point,
Parfume son tombeau de telle odeur choisie :
 
Puisque son corps, qui fut jadis égal aux dieux,
Se soulait paître ici de tels mets précieux,
Comme au ciel Jupiter se paît de l’ambroisie.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 9 avril 2020 à 11h23

Barde rabelaisien
---------------------

Le barde Joachim sait la saveur des choses,
Le goùt de la nature, et des livres aussi :
Son trait, tantôt féroce et tantôt adouci,
Peut se faire épineux, comme il advient des roses.

Qu’un pape devant lui meure et se décompose
(Même ces grands seigneurs doivent finir ainsi !)
Il nous rappelle alors, avec des mots précis,
Quelle odeur doit avoir pareille apothéose.

Un morceau du passé se tient là, sous nos yeux ;
Et nous le contemplons avec un regard pieux,
Tant le rhapsode a pris les vrais mots pour le dire.

Du Bellay, de nos jours, nous ne regrettons point
D’écouter ta leçon, mot à mot, point par point :
Car c’est elle qui peut nous apprendre à écrire.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 avril 2020 à 11h50

Arbre du scepticisme
----------

Le fruit d’un pareil arbre est une douce chose,
Dame Avette le sait, mais Dame Guêpe aussi ;
Leur caractère en est bellement adouci,
Comme au joli printemps par la saveur des roses.

Souvent sur le gazon ces fruits se décomposent,
Le primate aime bien les déguster ainsi ;
Il en attend, d’ailleurs, un résultat précis :
Qu’à moins de soumission son âme se dispose.

Sur le premier jardin posant alors ses yeux,
Il emplit son esprit de la douceur du lieu ;
Il se sent bien chez lui, plus qu’on ne peut le dire.

Désormais le serpent ne l’intimide point,
Il réfute ses mots, répondant point par point,
Grâce au Vieux Testament qu’il s’amuse à écrire.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 2 mai 2020 à 12h08

Fruits pour incrédules
------------

Qui mange de tels fruits doute de plusieurs choses,
Du passé, du présent, de l’avenir aussi ;
Notre pain quotidien n’en est pas adouci
En ce jardin désert où se fanent les roses.

Ils sont bien tourmentés, ceux qui les entreposent,
Leur gêne, cependant, est sans motif précis ;
Depuis longtemps déjà les choses sont ainsi,
Toujours l’homme propose et le diable dispose.

L’oiseau du désespoir les mange sous nos yeux,
Il en emplit son ventre, il assombrit ce lieu ;
Nous n’avons pas le coeur, pourtant, de le maudire.

Adam, qui marchait nu, s’habille d’un pourpoint,
Le labeur couturier ne le rebute point ;
Il répète souvent «Ça pourrait être pire.»

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρrinсе dеs јоiеs défеnduеs (Sеgаlеn)

De Jаdis sur «Βuvоns, аmis ; lе tеmps s’еnfuit...» (Hоudаr dе Lа Μоttе)

De Сосhоnfuсius sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur «Ô mеr immеnsе...» (Μоréаs)

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Jаdis sur Vеrs vаguеs (Μеrrill)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе