Du Bellay

Les Regrets, 1558



Ô qu’heureux est celui qui peut passer son âge
Entre pareils à soi ! et qui sans fiction,
Sans crainte, sans envie et sans ambition,
Règne paisiblement en son pauvre ménage !
 
Le misérable soin d’acquérir davantage
Ne tyrannise point sa libre affection,
Et son plus grand désir, désir sans passion,
Ne s’étend plus avant que son propre héritage.
 
Il ne s’empêche point des affaires d’autrui,
Son principal espoir ne dépend que de lui,
Il est sa cour, son roi, sa faveur et son maître.
 
Il ne mange son bien en pays étranger,
Il ne met pour autrui sa personne en danger,
Et plus riche qu’il est ne voudrait jamais être.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 8 août 2019 à 12h13

Oiseau préhistorique
--------------

C’est un oiseau parlant qui vient du fond des âges,
Se plongeant chaque jour dans la littérature ;
Je lui donne des toasts et de la confiture,
Je le vois grignoter, tout en tournant les pages.

Il est plein du désir d’en savoir davantage,
Cette accumulation nourrit son écriture ;
Mais je ne sais s’il prend des notes de lecture,
S’il ne le faisait point, ce serait bien dommage.

Il aime déformer les poèmes d’autrui :
Croit-il que certains d’eux furent écrits pour lui ?
Cet oiseau prend Ronsard et Du Bellay pour maîtres.

Il consulte parfois des auteurs étrangers,
Puisque de nourriture il aime bien changer,
C’est un drôle d’oiseau, lui, c’est un drôle d’être.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 12 août 2019 à 18h36

Le chemin de son être (en réponse à Cochonfucius)

Je ne sais où j’étais et quel était mon âge,
Lorsque j’ai pu goûter à la littérature
Pour la première fois, et pour la confiture,
Je n’en sais pas non plus, il est vrai, davantage.

Mais nous nous égarons, revenons à nos pages,
C’est autrui, à coup sûr, qui me fit la lecture
De l’ouvrage initial, car pour moi l’écriture
Était du charabia, même aidé des images.

J’avais peut-être un an et sans doute qu’ »autrui »
Était ma chère mère, hélas morte, aujourd’hui
(Elle a lu pour les mômes, avant de disparaître).

Ça n’est que bien plus tard que j’ai lu «l’Étranger»,
Un des livres qui m’a, et qui me fait changer,
Car il n’en finit pas, le chemin de son son être.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 10 février 2020 à 12h03

Oiseau du Crétacé
------------

Enfant de dinosaure, on ne sait pas son âge,
Rarement rencontré par les explorateurs ;
Lui qu’on entend fort peu, ce n’est pas un chanteur,
Je ne lui vois d’attraits qu’en son joli plumage.

Il bâtit quinze nids, ou même davantage,
Où des oiselles vont, car c’est un séducteur ;
Aucun de ses enfants ne craint les prédateurs,
Car ils ne pourraient point les prendre sans dommage.

Il vécut en Eden, d’où l’homme s’est enfui,
Après quoi, le serpent s’est adressé à lui,
Mais sans beaucoup d’efforts, il s’en est rendu maître.

Aucun langage ancien ne lui est étranger,
Et le sien, cependant, se préserve, inchangé,
Sauf pour quelques détails dans la forme des lettres.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt rоmаntiquе (Riсhеpin)

De Jаdis sur «Jе nе suis plus сеlui qui rеspirаit lа viе...» (Βérоаldе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...» (Frаnсе)

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Jаdis sur Αu lесtеur (Swаrth)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе