Du Bellay

Les Regrets, 1558



Je ne veux point fouiller au sein de la nature,
Je ne veux point chercher l’esprit de l’univers,
Je ne veux point sonder les abîmes couverts,
Ni dessiner du ciel la belle architecture.
 
Je ne peins mes tableaux de si riche peinture,
Et si hauts arguments ne recherche à mes vers :
Mais suivant de ce lieu les accidents divers,
Soit de bien, soit de mal, j’écris à l’aventure.
 
Je me plains à mes vers, si j’ai quelque regret :
Je me ris avec eux, je leur dis mon secret,
Comme étant de mon cœur les plus sûrs secrétaires.
 
Aussi ne veux-je tant les peigner et friser,
Et de plus braves noms ne les veux déguiser
Que de papiers journaux ou bien de commentaires.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 27 août 2014 à 11h02

Quelques promenades
-------------------------

C’est un doux passe-temps, marcher dans la nature,
Contempler les aspects de ce bel Univers,
Apercevoir des lieux maintes fois découverts,
En deviner parfois la fine architecture.

Lieux dont je ne saurais produire la peinture,
À peine si je sais les dire dans mes vers
Où j’aime vous parler de cent sujets divers,
Ou dire de mes jours la modeste aventure.

J’écris de mes plaisirs, et non de mes regrets,
De phrases sur les murs, et non de mes secrets ;
De moi-même je suis l’imparfait secrétaire.

J’écris sans réfléchir, et sans analyser :
J’ai de plaisants sujets, pourquoi les déguiser ?
Mais ce qui est plus beau, ce sont vos commentaires !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par pich24 le 14 avril 2016 à 05h13

Je ne sais si ma fable est dite avec nature,
Ni si mon vers un jour émouvra l’univers,
Mais je cherche à bâtir des mots à mots couverts
Suivant les anciens dans leur l’architecture.

La bande dessinée, une belle peinture
Disent mieux de nos jours qu’une suite de vers,
Et les chiens écrasés, fables d’effets divers,
Proposent en morale à cesser l’aventure.

Mais j’écris sans relâche et toujours sans regret ;
Je rime à qui mieux mieux dans mon jardin secret,
La Fontaine et Warnant sont mes seuls secrétaires.

Car lorsqu’inattendu vient un mot se friser,
Quand j’arrive en non-sens un bon sens déguiser
Me tarde alors d’avoir ma part de commentaires.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Slam Fist le 4 mai 2016 à 03h26


Pour voir du romantique au sein de la nature,
Pour voir du poétique au cœur de l’univers
Pour fêter les saisons, les bois et les prés verts
Faut-il croire en un dieu qui fit l’architecture ?

Pour écrire un tango, pour faire une peinture,
Pour créer,  pour sculpter, pour composer des vers
Qui chanteront l’été, le printemps et l’hiver,
On n’est pas obligé d’aller à l’aventure !

Si mes vers sont publics, sans peur et sans regret,
Il m’arrive parfois de lâcher un secret
Comme le commettraient de  mauvais secrétaires.

Et si un jour je crois avoir enfin frisé
Le succès le plus grand, je suis bien dégrisé
Quand je lis sur le site un flot de commentaires.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Guillaume Cingal le 7 mai 2016 à 11h35

Je songeais peu à la nature
À la brasserie L’Univers,
En sirotant face aux couverts
D’argent et sous l’architecture

Du vent tourangeau (sa peinture
Si souvent a nourri mes vers)
Quelque bière aux houblons divers,
Improvisant à l’aventure.

Soudain il me vint un regret.
L’avouer n’est pas un secret.
Ai-je maté les secrétaires

Pour la libido me friser
Et toujours à moi déguiser
Le vert m’inspire en commentaires ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 juillet 2018 à 12h15

Vicomte escargot
-----------------

Du vicomte escargot, paisible est la nature ;
Il ne désire point transformer l’Univers,
Ni parcourir des lieux récemment découverts,
Ni bâtir un palais de noble architecture.

Il n’a jamais appris le dessin, la peinture,
Ni même la façon de s’exprimer en vers ;
Il grignote au jardin des végétaux divers,
Telle est de ce vivant la modeste aventure.

Très peu de souvenirs, et jamais de regrets,
Des siestes sur les murs, et jamais de secrets ;
Il n’a ni doctorant, ni même un secrétaire.

Vivre, c’est percevoir, plutôt qu’analyser,
Profiter des saveurs sans se les déguiser,
Préférer le silence à mille commentaires.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Jаdis sur Villаnеsquе (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе