Du Bellay

Les Regrets, 1558



Je n’ai jamais pensé que cette voûte ronde
Couvrît rien de constant : mais je veux désormais,
Je veux, mon cher Morel, croire plus que jamais
Que dessous ce grand Tout rien ferme ne se fonde,
 
Puisque celui qui fut de la terre et de l’onde
Le tonnerre et l’effroi, las de porter le faix,
Veut d’un cloître borner la grandeur de ses faits,
Et pour servir à Dieu abandonner le monde.
 
Mais quoi ? que dirons-nous de cet autre vieillard,
Lequel ayant passé son âge plus gaillard
Au service de Dieu, ores César imite ?
 
Je ne sais qui des deux est le moins abusé :
Mais je pense, Morel, qu’il est fort malaisé
Que l’un soit bon guerrier, ni l’autre bon ermite.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 2 juin 2017 à 13h50

Porc d’azur
--------------

Il se sent rassuré par sa bedaine ronde,
Il n’aura plus l’idée de maigrir, désormais,
Ce brave porc d’azur sourit plus que jamais
Qui sur bons aliments sa corpulence fonde.

Pas de plus beau bestiau sur la terre ou dans l’onde,
Sa présence, toujours, fait son petit effet,
Ce vieux cochon en a, dit-on, dans le buffet,
C’est un noble animal, c’est un homme du monde.

Gentil porc, quels seront tes plaisirs de vieillard?
Vas-tu vivre ta vie comme un rude gaillard,
Un pourceau d’Epicure, un héros qu’on  imite ?

Des mythes d’autrefois je ne suis abusé ;
Te dire mes plaisirs, c’est un peu malaisé,
Je n’en prends guère plus que n’en trouve un ermite.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par pich24 le 3 juin 2017 à 19h21

Fuck D.T

Apprenant, sur le tard que la terre était ronde
J’entends qu’elle serait fin saoule désormais,
Que de l’air s’en échappe et nous quitte à jamais,
Le reste s’échauffant pour que la glace fonde,
N’élevant fort hélas que le niveau de l’onde.

La planète des gens succombe sous ce faix
Alors qu’un président alternatif aux faits
Fait, donneur de leçon, un doigt d’honneur au monde.

Il se croit jeune encor mais a l’esprit vieillard,
Il se croit vert encor au sens du mot gaillard,
Mais le monde rit quand le fou du roi l’imite.

Narcisse avec ce fat n’a-t-il pas abusé ?
Mal-tu-vu, malappris, mal élu, malaisé,
Qui ne présidera que son royaume ermite.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 12 avril 2022 à 12h41

Ambicochon serein
----------

Je suis très populaire à trois lieues à la ronde,
Même la tavernière a dit qu’elle m’aimait ;
J’approuve cet aveu, mieux vaut tard que jamais,
J’irai voir plus souvent cette gentille blonde.

Son âme délicate émet de bonnes ondes,
Mon vieux coeur en ressent les rassurants effets ;
Il va de mieux en mieux, tous les jours que Dieu fait,
J’aime aussi son patron, le meilleur fils du monde.

Les gens de cette ville ont pitié des vieillards ;
Ceux qu’on prendrait parfois pour de rudes gaillards
Sont pleins de bon vouloir, ils sont gens de mérite.

Nous bavardons devant un verre de rosé ;
Notre corps est un arbre, il faut bien l’arroser,
Sans avoir, pour autant, des goûts de sybatite.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 12 avril 2022 à 12h47

Ambicochon serein ==== retouche
----------

Je suis très populaire à trois lieues à la ronde,
Même la tavernière a dit qu’elle m’aimait ;
J’approuve cet aveu, mieux vaut tard que jamais,
J’irai voir plus souvent cette gentille blonde.

Son âme délicate émet de bonnes ondes,
Mon vieux coeur en ressent les rassurants effets ;
Il va de mieux en mieux, tous les jours que Dieu fait,
J’aime aussi son patron, le meilleur fils du monde.

Les gens de cette ville ont pitié des vieillards ;
Ceux qu’on prendrait parfois pour de rudes gaillards
Sont pleins de bon vouloir, ils sont gens de mérite.

Nous bavardons devant un verre de rosé ;
Notre corps est un arbre, il faut bien l’arroser,
Sans avoir, pour autant, des goûts de sybarite.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Sаint-Jоhn Ρеrsе : Ρоur fêtеr unе еnfаnсе

Dоnnау : Lа Fèvе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе