Du Bellay

Vers lyriques, 1549


De l’inconstance des choses


Au Seigneur Pierre de Ronsard
Ode IIII


Nul, tant qu’il ne meure,
Heureux ne demeure :
Le Sort inconstant
Or’ se hausse, et ores
S’abaisse, et encores
Au ciel va montant.
 
La Nuit froide, et sombre
Couvrant d’obscure ombre
La Terre, et les Cieux,
Aussi doux que Miel
Fait couler du Ciel
Le Sommeil aux yeux.
 
Puis le Jour luisant
Au Labeur duisant
Sa Lueur expose,
Et d’un Teint divers
Ce grand Univers
Tapisse, et compose.
 
Quand l’Hiver tremblant
Les Eaux assemblant
De Glace polie,
Des Autres puissants
De deuil gémissants
La Rage délie.
 
La Terre couverte
De sa robe verte
Devient triste, et nue.
Le vent furieux
Vulturne en tous Lieux
Les forêts dénue.
 
Puis la Saison gaie
À la Terre essaie
Rendre sa verdure,
Qui ne doit durer,
Las ! mais endurer
Une autre froidure.
 
Ainsi font retour
D’un successif tour
Le Jour, et la Nuit,
Par même Raison
Chacune saison
L’une l’autre suit.
 
Le puéril Âge
Lubrique, et volage
Au Printemps ressemble.
L’Été vient après,
Puis l’Automne est près,
Puis l’Hiver, qui tremble.
 
Ô que peu durable
(Chose misérable)
Est humaine vie,
Qui sans voir le Jour
De ce clair Séjour
Est souvent ravie.
 
Sous le grand Espace
Du ciel, le Temps passe
Par course subite :
Théâtres, Colosses
En Ruines grosses
Le temps précipite.
 
Que sont devenus
Les Murs tant connus
De Troie superbe ?
Ilion est comme
Maint Palais de Rome
Caché, dessous l’Herbe.
 
Torrents, et Rivières
Bruyantes, fières
Courent en maint Lieux,
Ou Rochers, et Bois
Semblaient autrefois
Menacer les Cieux.
 
Les fières Montagnes
Aux humbles Campagnes
On voit égalées,
Maints Lieux foudroyés,
Les autres noyés
Des Ondes salées.
 
Règnes, et Empires
En meilleurs, et pires
On a vu changer,
Maint Peuple puissant
Ses Lois délaissant
Suivre l’Étranger.
 
Superbe Courage,
Qui ne crains Orage,
Foudre, ni Tempête,
À ton fier Marcher
Tu sembles toucher
Les Cieux de la Tête.
 
Mais ta voile enflée
De faveur soufflée
Mets hardiment bas,
Le ciel variable
Toujours amiable
Ne te sera pas.
 
Quoi donc ? ne sais-tu,
Qu’un Buisson battu
Moins est du Tonnerre,
Qu’un haut Chêne, ou Tremble,
Ou qu’un Mont, qui semble
Dépriser la Terre ?
 
Ami, qui pour vivre
Des ennuis délivre,
Que la Cour procure
T’es venu ranger
Comme un Étranger,
En la Tourbe obscure.
 
Ne regrette point
L’ambitieux point
De cette faveur.
Le Ciel favorable
D’un plus honorable
T’a fait receveur.
 
De Ronsard le Nom
Ne soit en Renom
Par le Populaire :
Ami, tu es tel,
Que rien, qu’Immortel,
Ne te pourrait plaire.
 
Laisse aux Courtisans
Les soucis cuisants :
Ne soit Curieux
Des biens acquérir,
Ou de t’enquérir
Du secret des Dieux.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Νоuvеаu : Εn fоrêt

Viviеn : Sоnnеt : «J’аimе lа bоuе humidе еt tristе оù sе rеflètе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Hugо : Lа Сhаnsоn d’Hасquоil lе mаrin

Cоmmеntaires récеnts

De Βib lа bаlеinе sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Сосhоnfuсius sur «Μаdаmе, vоus аvеz јеunеssе аvес bеаuté...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Rаtzingеr sur Lа Соmplаintе dе Μоnsiеur Βеnоit (Frаnс-Νоhаin)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе