Du Bellay

L’Olive, 1550



Comme jadis l’âme de l’univers
Énamourée en sa beauté profonde,
Pour façonner cette grand’ forme ronde
Et l’enrichir de ses thésors divers,
 
Courbant sur nous son temple aux yeux ouverts,
Sépara l’air, le feu, la terre, et l’onde,
Et pour tirer les semences du monde
Sonda le creux des abîmes couverts :
 
Non autrement, ô l’âme de ma vie !
Tu fus à toi par toi-même ravie,
Te voyant peinte en mon affection,
 
Lors ton regard d’un accord plus humain
Lia mes sens, où Amour de sa main
Forma le rond de ta perfection.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 30 septembre 2013 à 09h33

Je ne sais point expliquer l’univers ;
Mais j’aime voir, par une nuit profonde,
Les astres clairs dessous la voûte ronde
Marchant au ciel sur des chemins divers.

D’admiration, j’ai les yeux grands ouverts ;
Ce grand cosmos qui roule comme une onde,
Ce bel éclat illuminant le monde,
Ces cieux, parfois de nuages couverts,

Les contempler est la joie de ma vie.
Tout m’impressionne, et ma muse ravie
Veut aussitôt en tirer un sonnet.

Ce qui est beau pour le regard humain,
Il a devoir d’en tracer, de sa main,
La vraie figure, autant qu’il la connaît.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 18 septembre 2019 à 11h32

Piaf-Chorégraphe
------------

Son noir regard voit danser l’univers,
Ça lui inspire une pensée profonde ;
Il saute un peu, puis il danse une ronde
Agrémentée de mouvements divers.

Ce chorégraphe a les yeux ben ouverts ;
Il entend tout, il peut capter des ondes,
Il peut sentir l’étrangeté du monde,
Plus d’un secret fut par lui découvert.

Voici qu’il danse, et la danse est sa vie,
Il m’impressionne, et ma muse est ravie,
Qui trouve ça plus subtil qu’un sonnet.

C’est un oiseau, plus léger qu’un humain,
Qui de très haut survole nos chemins ;
Il est très fort, ça, je le reconnais.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Νуmphéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Αu Μêmе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Ρоurrièrеs (Νоuvеаu)

De Vinсеnt sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе