Du Bellay

Les Regrets, 1558



Ce n’est pas de mon gré, Carle, que ma navire
Erre en la mer tyrrhène : un vent impétueux
La chasse malgré moi par ces flots tortueux,
Ne voyant plus le pol, qui sa faveur t’inspire.
 
Je ne vois que rochers, et si rien se peut dire
Pire que des rochers le heurt audacieux :
Et le phare jadis favorable à mes yeux
De mon cours égaré sa lanterne retire.
 
Mais si je puis un jour me sauver des dangers
Que je fuis vagabond par ces flots étrangers,
Et voir de l’océan les campagnes humides,
 
J’arrêterai ma nef au rivage gaulois,
Consacrant ma dépouille au Neptune françois
À Glauque, à Mélicerte, et aux sœurs Néréides.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 3 mai 2018 à 13h34

Nefs de légende
-----------------------

Le roi lit  un récit qui parle des navires,
Des tentations du port, des marins vertueux ;
Il aime savourer ce récit tortueux,
Cette longue saga dont les couleurs l’inspirent.

L’étrange narrateur et son art de bien dire,
Les périples sans fin, parfois infructueux,
La colère sans nom des vents impétueux:
Le monarque est heureux des leçons qu’il en tire.

Mais s’il devait un jour affronter ces dangers
Et s’enfuir, vagabond, par les flots étrangers,
Subissant de la mer les caprices humides,

Il aurait grand regret du rivage gaulois ;
Lire, et ne rien risquer, telle sera la loi
Que voudra s’appliquer ce dirigeant timide.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 5 mai 2018 à 20h05

Don Juan des mers

L’homme n’est pas du genre à quitter le navire
À la moindre avarie, or s’il est vertueux
En tant que commandant, son esprit tortueux
Se manifeste à terre où Don Juan l’inspire.

De ses aventures, je ne vais pas tout dire,
Entrer dans les détails seraient infructueux,
Retenez seulement qu’il est impétueux,
Et que presque toujours des problèmes il s’attire.

Car il n’hésite pas à se mettre en danger
(Le risque à son plaisir est loin d’être étranger),
Bien des fois il dut fuir un cocu peu timide !

Il reprend l’océan fier comme un chef gaulois,
Quand par amour pour lui, s’est mise hors sa loi,
Une femme qu’il laisse avec les yeux humides.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 22 novembre 2022 à 11h33

Nef en mer inconnue
------------

Presque tout l’équipage a quitté le navire,
Eux qui furent pourtant des marins vertueux ;
Le projet du skippeur leur semblait tortueux,
Qui leur avait promis le meilleur et le pire.
 
Le jour de leur départ, il ne sut quoi leur dire,
Il leur fit ses adieux, cet homme affectueux ;
Puis se replongea dans ses rêves fastueux,
Cherchant à devenir un bâtisseur d’empire.

Ce métier, tu le sais, comporte des dangers,
Depuis l’Antiquité cela n’a pas changé ;
N’affronte pas les flots, si cela t’intimide.

Le Nouveau Monde fut trop loin pour les Gaulois,
Ils trouvaient que la mer est sans règle et sans loi ;
Maître Obélix disait qu’elle était trop humide.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : À Μаdеmоisеllе ***

Αutrаn : Un début

Fоurеst : Un hоmmе

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Viеillаrd еt l’Ânе

Μаrоt : Αu rоi dе Νаvаrrе : «Μоn sесоnd Rоi, ј’аi unе hаquеnéе...»

Sаint-Ρаvin : À un sоt аbbé dе quаlité

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Lеs Rеmоrds (Lоuÿs)

De Сurаrе- sur Un début (Αutrаn)

De Сосhоnfuсius sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur À un sоt аbbé dе quаlité (Sаint-Ρаvin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоussе (Соrbièrе)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе