Germain Beaulieu

(1870-1944)

Un autrе pоèmе :

Dаns quеlquеs јоurs

 

 

Germain Beaulieu


Sonnet d’automne


 
Une vague langueur a pénétré les choses :
Le ciel est gris, la terre est grise, tout est gris,
Et l’automne, ennemi des brillants coloris,
Voile le vert des prés et la blancheur des roses.
 
Les nids sont désertés et les portes sont closes ;
Les sentiers sont couverts de multiples débris ;
Les brouillards, par milliers, sur les champs assombris,
Planent, semant la rouille et les métamorphoses.
 
Les jours sont des vieillards qui geignent, en passant,
Frileux ; et le soleil, jadis resplendissant,
Par un chemin plus court fuit, maintenant, livide.
 
Et devant les splendeurs mortes qu’il adorait,
Le poète a rêvé de chanter son regret,
Mais son cœur s’est perdu dans une chanson vide.
 

Commentaire(s)
Déposé par Oupavia le 9 août 2018 à 23h21

’’L’essentiel est invisible avec les yeux ’’  Antoine de Saint-Exupéry

Le petit prince et le loup

Le p’tit prince joua un peu avec le renard gris
Mais 1 loup du désert ? Sa recherche fut veine
Le renard bavardait avant tout de sa peine
Pour être apprivoisé - Son magnifique cri

L’enchanta - Mais 1 loup vivant à Saint Denis ?
Il pensa à sa rose unique au monde sereine
Si belle et si lointaine - 1 loup ? Quelle soif vaine
Dans ce désert sans fin - C’en est preque impoli

Il ne compris jamais - Cet intérêt postume
Et puis les yeux d’1 loup dans la lune qui luit ?
Il eut fallu attendre au hasard aboli

Ces tonnes de silence à pleurer d’amertume
Autant séduire 1 tigre et l’aimer sans amour
Il était une fois 1 secret chaque jour -  

09/08/2018

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 août 2018 à 14h20

Conversation sans importance
-----------------------

C’est un loup qui plaisante avec le renard gris ;
La canicule est loin, leur coeur n’a pas de peine,
Ils bavardent, bien loin des rives de la Seine,
Un hibou dans le soir lance son léger cri.

Le loup, se souvenant des mots de Saint Denis,
Raconte au vieux renard cette époque sereine ;
Le renard, familier du château de Vincennes,
Aime entendre parler de ce monde aboli.

-- Loup, que ferons-nous donc dans le bois cette nuit,
Baignant nos deux regards dans la lune qui luit ?
Ou disparaîtrons-nous au hasard de la brume,

Attendant sans raison que revienne le jour
Pour reprendre à loisir une vie sans amour ?
-- Renard, rien ne te sert une telle amertume.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lеvеу : Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа

Соuté : Lеs Соnsсrits

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Οsсаr V. dе L. Μilоsz

Hugо : «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...»

Ρоpеlin : Lа Νеigе

Μауnаrd : «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...»

Μауnаrd : «Βеllе, qui sаns fоutеur fоutеz...»

Μауnаrd : Épitаphе : «Сi-gît Ρаul qui bаissаit lеs уеuх...»

Βаnvillе : Μаriа Gаrсiа

Ο’Νеddу : Αmоur

Hugо : Lа Сhаnsоn dе Jеаn Ρrоuvаirе

☆ ☆ ☆ ☆

Stаël : Épitrе sur Νаplеs

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

Rеgnаrd : Épîtrе à Μ. ...

Βruаnt : Sоulоlоquе

Μасеdоnski : Lе Сlоîtrе

Μасеdоnski : Sоnnеt lоintаin

Μаrоt : «J’аi unе lеttrе еntrе tоutеs élitе...»

Μауnаrd : «L’hоmmе qui gît еn се liеu...»

Riсhеpin : Dаb

Βаnvillе : Μаriа Gаrсiа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсêtrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdiеn sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

De Сосhоnfuсius sur «Се qu’еn vеillаnt је n’оsаi dе mа viе...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Sоngе (Соrаn)

De Lа-Μusérаntе sur «L’hоmmе qui gît еn се liеu...» (Μауnаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Се quе tа plumе prоduit...» (Μауnаrd)

De Jеhаn Ρаuvrеpin sur Sоnnеt ivrе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Сhristiаn sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Ιvrеssе sur «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...» (Соppéе)

De Fаisаnе sur Lе Rêvе du pоètе (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Τhundеrbird sur Éсrit аvес du sаng (Sеgаlеn)

De Μаirе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоirе dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Соugаrе- sur Lе Сhiеn еt lе Сhаt (Αrnаult)

De wеbmаstеr sur «Lе mоndе plus trоmpеur quе lеs flоts dе Νеptunе...» (Ρеllissоn-Fоntаniеr)

De Сосhоnfitсhuss sur Αir : «Τоut l’univеrs оbéit à l’Αmоur...» (Lа Fоntаinе)

De Viсtоr Сlоuеlbес sur Lа Соnsсiеnсе (Hugо)

De Gаrdеur d’аlbаtrоs sur Frаnçоis Соppéе

De Ρосhtrоnfuсuls sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе