Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Une Martyre


 

             
Dessin d’un Maître inconnu


Au milieu des flacons, des étoffes lamées
              Et des meubles voluptueux,
Des marbres, des tableaux, des robes parfumées
              Qui traînent à plis somptueux,
 
Dans une chambre tiède où, comme en une serre,
              L’air est dangereux et fatal,
Où des bouquets mourants dans leurs cercueils de verre
              Exhalent leur soupir final,
 
Un cadavre sans tête épanche, comme un fleuve,
              Sur l’oreiller désaltéré
Un sang rouge et vivant, dont la toile s’abreuve
              Avec l’avidité d’un pré.
 
Semblable aux visions pâles qu’enfante l’ombre
              Et qui nous enchaînent les yeux,
La tête, avec l’amas de sa crinière sombre
              Et de ses bijoux précieux,
 
Sur la table de nuit, comme une renoncule,
              Repose ; et, vide de pensers,
Un regard vague et blanc comme le crépuscule
              S’échappe des yeux révulsés.
 
Sur le lit, le tronc nu sans scrupules étale
              Dans le plus complet abandon
La secrète splendeur et la beauté fatale
              Dont la nature lui fit don ;
 
Un bas rosâtre, orné de coins d’or, à la jambe,
              Comme un souvenir est resté ;
La jarretière, ainsi qu’un œil secret qui flambe,
              Darde un regard diamanté.
 
Le singulier aspect de cette solitude
              Et d’un grand portrait langoureux,
Aux yeux provocateurs comme son attitude,
              Révèle un amour ténébreux,
 
Une coupable joie et des fêtes étranges
              Pleines de baisers infernaux,
Dont se réjouissait l’essaim des mauvais anges
              Nageant dans les plis des rideaux ;
 
Et cependant, à voir la maigreur élégante
              De l’épaule au contour heurté,
La hanche un peu pointue et la taille fringante
              Ainsi qu’un reptile irrité,
 
Elle est bien jeune encor ! — Son âme exaspérée
              Et ses sens par l’ennui mordus
S’étaient-ils entr’ouverts à la meute altérée
              Des désirs errants et perdus ?
 
L’homme vindicatif que tu n’as pu, vivante,
              Malgré tant d’amour, assouvir,
Combla-t-il sur ta chair inerte et complaisante
              L’immensité de son désir ?
 
Réponds, cadavre impur ! et par tes tresses roides
              Te soulevant d’un bras fiévreux,
Dis-moi, tête effrayante, a-t-il sur tes dents froides
              Collé les suprêmes adieux ?
 
— Loin du monde railleur, loin de la foule impure,
              Loin des magistrats curieux,
Dors en paix, dors en paix, étrange créature,
              Dans ton tombeau mystérieux ;
 
Ton époux court le monde, et ta forme immortelle
              Veille près de lui quand il dort ;
Autant que toi sans doute il te sera fidèle,
              Et constant jusques à la mort.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

Сrоs : «Jе suis un hоmmе mоrt dеpuis plusiеurs аnnéеs...»

Lаfоrguе : Splееn dеs nuits dе јuillеt

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Τоulеt : «Νоus bûmеs tоut lе јоur...»

Αpоllinаirе : À lа Sаnté

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Саrсо : Βоhèmе

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Régniеr : «Fеmmеs qui аimеz miеuх lе fоutrе quе lе pаin...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Sоnnеt mоrnе (Riсhеpin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Rоndеl : «Αh ! lа prоmеnаdе ехquisе...» (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Βаllаdе dе lа ruinе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Sur lа mоrt d’unе Dаmе (Sсudérу)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе