Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Une charogne


 
Rappelez-vous l’objet que nous vîmes, mon âme,
              Ce beau matin d’été si doux :
Au détour d’un sentier une charogne infâme
              Sur un lit semé de cailloux,
 
Les jambes en l’air, comme une femme lubrique,
              Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d’une façon nonchalante et cynique
              Son ventre plein d’exhalaisons.
 
Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
              Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grande Nature
              Tout ce qu’ensemble elle avait joint ;
 
Et le ciel regardait la carcasse superbe
              Comme une fleur s’épanouir.
La puanteur était si forte, que sur l’herbe
              Vous crûtes vous évanouir.
 
Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
              D’où sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un épais liquide
              Le long de ces vivants haillons.
 
Tout cela descendait, montait comme une vague,
              Ou s’élançait en pétillant ;
On eût dit que le corps, enflé d’un souffle vague,
              Vivait en se multipliant.
 
Et ce monde rendait une étrange musique,
              Comme l’eau courante et le vent,
Ou le grain qu’un vanneur d’un mouvement rythmique
              Agite et tourne dans son van.
 
Les formes s’effaçaient et n’étaient plus qu’un rêve,
              Une ébauche lente à venir,
Sur la toile oubliée, et que l’artiste achève
              Seulement par le souvenir.
 
Derrière les rochers une chienne inquiète
              Nous regardait d’un œil fâché,
Épiant le moment de reprendre au squelette
              Le morceau qu’elle avait lâché.
 
— Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
              À cette horrible infection,
Étoile de mes yeux, soleil de ma nature,
              Vous, mon ange et ma passion !
 
Oui ! telle vous serez, ô la reine des grâces,
              Après les derniers sacrements,
Quand vous irez, sous l’herbe et les floraisons grasses,
              Moisir parmi les ossements.
 
Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
              Qui vous mangera de baisers,
Que j’ai gardé la forme et l’essence divine
              De mes amours décomposés !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Ρizаn : «À qui dirа-t-еllе sа pеinе...»

Sаint-Αmаnt : «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...»

Αubеspinе : Lе luth

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Du Βеllау : «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μаrbеuf : «Βеаuх уеuх оù luisеz-vоus, mеs sоlеils quе ј’аdоrе...»

Viviеn : «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Grеniеrs (Vеrhаеrеn)

De Сосhоnfuсius sur «Dе sоins mоrdаnts еt dе sоuсis divеrs...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Quоi ? qu’еst-се quе сесi...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Jаdis sur «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...» (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Rоssignоl, rоi dеs bоis, vоus, tоurtrе sоlitаirе...» (Ρаssеrаt)

De Xi’Αn sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Αlех Sаndrin sur «Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Qu’оn m’аrrасhе lе сœur, qu’оn mе fаssе еndurеr...» (Dеspоrtеs)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Xi’аn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе