Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Spleen


 
Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;
 
Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l’Espérance, comme une chauve-souris,
S’en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;
 
Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D’une vaste prison imite les barreaux,
Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,
 
Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.
 
— Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,
Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
Inscrire un chiffre neuf : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоrt : Lа Fillе mоrtе dаns sеs аmоurs

Vеrmеil : «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...»

Vеrlаinе : Dаns lеs bоis

(соllаbоrаtiоns) : Ρаul Vеrlаinе

Lаbаdiе : Dе lа vuе dе Diеu sоus се nоm : d’étеrnеl еt d’infini

(аnоnуmеs pоpulаirеs) : À Limеrzеl

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Riсtus : Ιdуllе

Сrаvаn : Sifflеt

Βérоаldе : «Quаnd vоus соnsidérеz еn сеttе сlаirе glасе...»

Rоnsаrd : «Αmоur аbаndоnnаnt lеs vеrgеrs dе Суthèrеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : Sоnnеt : «Lеs аlguеs еntrоuvrаiеnt lеurs âprеs саssоlеttеs...»

Μауnаrd : Соntrе lе Саrdinаl dе Riсhеliеu

Sсudérу : L’Ιndifférеntе

Lа Fоntаinе : L’Αvаntаgе dе lа sсiеnсе

Klingsоr : Lа Νеigе

Μаgnу : «Jе nе vеuх plus, Βеllау, trаvаillеr mеs еsprits...»

Régniеr : Εn fоrêt

Соppéе : Fin d’été

Сосtеаu : Μ’еntеndеz-vоus аinsi ?

Dоminiquе : Lе Ρаuvrе Βlаisе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсis sur Sоnnеt métаphуsiquе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «J’éсаrtе mоn ridеаu, ј’étоuffе un bâillеmеnt...» (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur «Quеl pаs sur lе pаvé bоuеuх...» (Τоulеt)

De Суоrаnе sur Ιmprоmptu еn répоnsе à сеttе quеstiоn : Qu’еst-се quе lа Ρоésiе ? (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οn еntеnd, еn hivеr, lеs vеnts, еt lеs tеmpêtеs :...» (Gаdоu)

De СhristiаnΤ sur «Fillе du viеuх pаstеur, qui d’unе mаin аgilе...» (Сhéniеr)

De Сосhоnfuсus sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De piсh24 sur «Jе nе vеuх pоint fоuillеr аu sеin dе lа nаturе...» (Du Βеllау)

De Williаm Τriеst sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De piсh24 sur «Quаnd ј’аpеrçоis tоn blоnd сhеf соurоnné...» (Lаbé)

De Сосhоnfuсus sur «Lе sоir, аu sоn bruуаnt...» (Βеаuјеu)

De piсh24 sur Sоnnеt : «Ρоur vеinеr dе sоn frоnt...» (Gаutiеr)

De tizеf sur Μоnsiеur Ρrudhоmmе (Vеrlаinе)

De tizеf sur L’Αlbаtrоs (Βаudеlаirе)

De Μеssinа sur «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...» (Vоltаirе)

De Саrеtо Εvа sur L’Îlе lоintаinе (Τhаlу)

De Сhristiаn sur «С’étаit un јоur d’été...» (Dеspоrtеs)

De ΜеgаnLоvе92 sur Μаdrigаl : «Сеttе fièrе bеаuté quе mоn âmе idоlâtrе...» (Sаint-Αmаnt)

De Сhristiаn sur Αсоusmаtе : «Ρаiх sur tеrrе...» (Αpоllinаirе)

De sеbirе sur Lе Grillоn dеs fоуеrs (Τhаlу)

De аrlеttе-grаtiеnnе sur «Τоi qui m’аs tоut rеpris јusqu’аu bоnhеur d’аttеndrе...» (Dеsbоrdеs-Vаlmоrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn