Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Spleen


 
Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;
 
Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l’Espérance, comme une chauve-souris,
S’en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;
 
Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D’une vaste prison imite les barreaux,
Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,
 
Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.
 
— Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,
Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Νоuvеаu : Vilаin

Εlskаmp : «Εt dе vаissеаuх, еt dе vаissеаuх...»

Соuté : Соur Сhеvеrnу

Rаmuz : Ρrеmiеr mаtin

Сеndrаrs : Lеs Ρâquеs à Νеw Yоrk

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : D’unе fillе qui mоurut dе rеgrеt dе lа mоrt d’un pеtit épаgnеul

Viаu : «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...»

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Βаudеlаirе : Lа Sоlitudе

Βаudеlаirе : Lе Vоуаgе

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : «Jе suis dеs bоis l’hôtе fidèlе...»

— : Frаnсis Jаmmеs : Lе Ρаuvrе Fасtеur rurаl

Lа Villе dе Μirmоnt : «L’оisеаu dе pаrаdis, l’ibis, lе flаmаnt rоsе...»

Rаmuz : Ρrеmiеr mаtin

Hаrаuсоurt : «Οh ! lеs fillеs ! Vеnеz, lеs fillеs аuх vоiх dоuсеs !...»

Hаrаuсоurt : «Сеllе quе ј’аimе а dе bеаuté...»

Wаrnеrу : Ρrаfаndе

Gréсоurt : Lе Rаt еt lа Ρuсе

Lаfоrguе : Соmplаintе dе сеttе bоnnе Lunе

Fоurеst : Lе Сid

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сlосhеs (Rоdеnbасh)

De Сосhоnfuсius sur «Désеspéré, сhétif, du rеpоs dе mа viе...» (Βirаguе)

De Сосhоnfuсius sur «Βоuсhе dоnt lа dоuсеur m’еnсhаntе dоuсеmеnt...» (Rосhеs)

De 3089178423 sur Εn fоrêt (Régniеr)

De Dеmеusе sur Μéditаtiоn : «Οn аimе d’аbоrd pаr hаsаrd...» (Gérаldу)

De Сlémеnсе isаurе sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Frаnс-Νоhаin

De Μаtuidi Сhаrо sur Сhаnt dе l’hоnnеur (Αpоllinаirе)

De lriсggkkiу sur Βеаuté сruеllе (Νеlligаn)

De Βоué Sеrgе sur Lе Μаuvаis Gîtе (Régniеr)

De Αmеliе1234 sur «Βоn сhеvаliеr mаsqué qui сhеvаuсhе еn silеnсе...» (Vеrlаinе)

De Gérаrd GLΟΤΙΝ sur L’Ιnsinuаnt (Vаlérу)

De Сhristiаn sur «Εt lа fоulе grаndit plus innоmbrаblе еnсоr...» (Hеrеdiа)

De Sоizik sur «Αvес tоn сhеr pоrtrаit, qui dаns mоn âmе éprisе...» (Jоdеllе)

De Sоizik sur Соmplаintе dе lа vigiе аuх minuits pоlаirеs (Lаfоrguе)

De ΡipаRаp sur «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...» (Rоnsаrd)

De ΡipаRаp sur «Lе pаuvrе lаbоurеur...» ((аnоnуmеs pоpulаirеs))

De ΡipаRаp sur Ρаuvrе Εnfаnt Ρâlе (Μаllаrmé)

De Dаvid sur Épîtrе fаlоtе еt tеstаmеntаirе (Fоurеst)

De ΤitiΜΒ25 sur Lеs Εаuх dоuсеs du sоngе (Hоuvillе)

De ΤitiΜΒ25 sur Sоnnеt inасhеvé (Sаint-Αmаnt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn