Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Les Litanies de Satan


 
Ô toi, le plus savant et le plus beau des Anges,
Dieu trahi par le sort et privé de louanges,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Ô Prince de l’exil, à qui l’on a fait tort,
Et qui, vaincu, toujours te redresses plus fort,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Toi qui sais tout, grand roi des choses souterraines,
Guérisseur familier des angoisses humaines,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Toi qui, même aux lépreux, aux parias maudits,
Enseignes par l’amour le goût du Paradis,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Ô toi qui de la Mort, ta vieille et forte amante,
Engendras l’Espérance, — une folle charmante !
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Toi qui fais au proscrit ce regard calme et haut
Qui damne tout un peuple autour d’un échafaud,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Toi qui sais en quels coins des terres envieuses
Le Dieu jaloux cacha les pierres précieuses,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Toi dont l’œil clair connaît les profonds arsenaux
Où dort enseveli le peuple des métaux,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Toi dont la large main cache les précipices
Au somnambule errant au bord des édifices,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Toi qui, magiquement, assouplis les vieux os
De l’ivrogne attardé foulé par les chevaux,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Toi qui, pour consoler l’homme frêle qui souffre,
Nous appris à mêler le salpêtre et le soufre,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Toi qui poses ta marque, ô complice subtil,
Sur le front du Crésus impitoyable et vil,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Toi qui mets dans les yeux et dans le cœur des filles
Le culte de la plaie et l’amour des guenilles,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Bâton des exilés, lampe des inventeurs,
Confesseur des pendus et des conspirateurs,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
Père adoptif de ceux qu’en sa noire colère
Du paradis terrestre a chassés Dieu le Père,
 
Ô Satan, prends pitié de ma longue misère !
 
                              Prière
 
Gloire et louange à toi, Satan, dans les hauteurs
Du Ciel, où tu régnas, et dans les profondeurs
De l’Enfer, où, vaincu, tu rêves en silence !
Fais que mon âme un jour, sous l’Arbre de Science,
Près de toi se repose, à l’heure où sur ton front
Comme un Temple nouveau ses rameaux s’épandront !
 

Commentaire (s)
Déposé par Saint Tripode le 28 octobre 2019 à 20h35

Litanie de Saint Tripode
--------------------

Saint Poziom, Saint Bollik, priez pour nos chevaux,
Saint Griffon, Saint Gulier, priez pour nos rizières ;
Saint Pliste, Saint Simpson, protégez nos rosières,
Sainte Marie Pas Claire, éloignez nos rivaux.

Grand Saint Regenbogen, bénissez nos travaux,
Beau Saint Martin Pêcheur, abritez nos croisières ;
Sainte Iris, Sainte Hélène, absolvez nos chaisières,
Saint Mort, Saint Trépassé, veillez sur nos caveaux.

Modeste Saint Walfroy, rendez-nous un peu sobres,
Noble Saint Graphomane, évitez-nous l’opprobre ;
Joli Saint Emplumé, clarifiez nos discours.

Gentil Saint Volatile, exorcisez nos peurs,
Brave Saint Pif le Chien, gardez-nous des trompeurs ;
Heureux Saint Idolastre, apprenez-nous l’amour.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Lаfоrguе : Dimаnсhеs : «Οh ! се piаnо, се сhеr piаnо...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

Vеrlаinе : Ρrоlоguе : «L’аmоur еst infаtigаblе !...»

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

☆ ☆ ☆ ☆

Vignу : Lа Frégаtе Lа Sériеusе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Rоnsаrd : «Ρоurtаnt si tа mаîtrеssе еst un pеtit putаin...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Rоmаins : «Un dе сеuх...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сi-gît qui fut dе bоnnе tаillе...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur «Ρlus millе fоis quе nul оr tеrriеn...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Jаdis sur «Τоut hоmmе а sеs dоulеurs...» (Сhéniеr)

De Jаdis sur «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...» (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе