Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Le Mort joyeux


 
Dans une terre grasse et pleine d’escargots
Je veux creuser moi-même une fosse profonde,
Où je puisse à loisir étaler mes vieux os
Et dormir dans l’oubli comme un requin dans l’onde.
 
Je hais les testaments et je hais les tombeaux ;
Plutôt que d’implorer une larme du monde,
Vivant, j’aimerais mieux inviter les corbeaux
À saigner tous les bouts de ma carcasse immonde.
 
Ô vers ! noirs compagnons sans oreille et sans yeux,
Voyez venir à vous un mort libre et joyeux ;
Philosophes viveurs, fils de la pourriture,
 
À travers ma ruine allez donc sans remords,
Et dites-moi s’il est encor quelque torture
Pour ce vieux corps sans âme et mort parmi les morts !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 21 avril 2017 à 16h33

Sire loup-coq
------------------

Le loup-coq, semble-t-il, se nourrit d’escargots,
Et s’il n’en trouve aucun, que sa peine est profonde !
Les plus gras sont cachés derrière les fagots,
C’est, dit Pline l’Ancien, en ce lieu qu’ils abondent.

Le loup-coq entreprend de bâtir son tombeau
Qu’orneront, par milliers, des coquilles bien rondes,
Les siennes, tout d’abord, puis celles des corbeaux
Qui, pleins de bienveillance, à ses désirs répondent.

Quand, sur ce  monument, les freux ouvrent les yeux ,
Ils ont un grand respect pour la beauté des lieux
Dignes du fier loup-coq à la haute stature.

Lui ne s’empresse point de rejoindre les morts,
À tous ses compagnons, il survit sans remords,
Vivre, plus que mourir, étant dans sa nature.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 12 janvier 2020 à 11h45

Léopard nonchalant
-------------------

C’est un vieux léopard, ce n’est pas un nigaud,
Jamais il ne se perd en des pensées profondes ;
Il s’offre quelquefois des tranches de gigot
Avec un peu de vin qu’il propose à la ronde.

Un sculpteur d’Italie veut orner son tombeau
D’une belle statue de Sainte Cunégonde ;
Mais lui préférerait le portrait d’un corbeau
Ou bien, à la rigueur, d’une vestale blonde.

Le cimetière est calme et serein sous les cieux,
Béni chaque matin par un homme de Dieu,
Un vénérable moine à la haute stature.

Il veut faire la fête avant que d’être mort,
Vider ue bouteille et blaguer sans remords ;
Telle est, du léopard, l’innocente nature.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 12 janvier 2020 à 11h48

Léopard nonchalant     (retouche mineure)
-------------------

C’est un vieux léopard, ce n’est pas un nigaud,
Jamais il ne se perd en des pensées profondes ;
Il s’offre quelquefois des tranches de gigot
Avec un peu de vin qu’il propose à la ronde.

Un sculpteur d’Italie veut orner son tombeau
D’une belle statue de Sainte Cunégonde ;
Mais lui préférerait le portrait d’un corbeau
Ou bien, à la rigueur, d’une vestale blonde.

Le cimetière est calme et serein sous les cieux,
Béni chaque matin par un homme de Dieu,
Un vénérable moine à la haute stature.

Il veut faire la fête avant que d’être mort,
Vider une bouteille et blaguer sans remords ;
Telle est, du léopard, l’innocente nature.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 15 mars 2020 à 11h45

Camarade loup des steppes
-----------

C’est mon copain le loup, c’est mon alter ego,
Et c’est mon maître aussi de sagesse profonde ;
Nous buvons du bon vin, partageant un gigot,
Un plateau près de nous, où le fromage abonde.

Puisqu’aucun de nous deux n’est proche du tombeau,
Nous voulons savourer les plaisirs de ce monde ;
Parfois nous invitons mon voisin le corbeau
Ainsi que, le dimanche, une odalisque blonde.

Nous sommes deux buveurs, à la face des cieux,
L’exemple en fut donné par Jésus, fils de Dieu,
Et aux siècles suivants par d’autres créatures.

Baudelaire a décrit l’allégresse d’un mort,
Mais dès qu’il eut signé, il en eut le remords ;
Il comprit que c’était offenser la nature.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 19 mars 2020 à 21h04

L’enfant et l’escargot

Un gosse de Gascogne ausculte un escargot
Fraîchement extirpé d’une sieste profonde,
L’ange palpe son pied à la recherche d’os,
Mais le lent voyageur sent de mauvaises ondes.

Comme il craint que les doigts le conduise au tombeau,
L’animal se tapit bien au creux de son monde,
Il s’y croit à l’abri, y compris des corbeaux
Qui parfois le menace avec leur bec immonde.

Mais l’enfant le fracasse et arrache les yeux
De sa proie éventrée, avec un air joyeux,
Puis, vif, l’offre à une oie, en mal de nourriture.

Il lui est moins aisé de tuer le remord
Qui l’assaille la nuit suivant cette torture,
D’autant qu’à son issue un innocent est mort !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 22 mars 2020 à 13h38

L’enfant et l’escargot

Un gosse de Gascogne ausculte un escargot
Fraîchement extirpé /d’une si/este profonde- (13)
L’ange palpe son pi/ed (7) à la recherche d’os,
Mais le lent voyageur sent de mauvaises ondes.

Comme il craint que les doigts le conduisent au tombeau,
L’animal se tapit bien au creux de son monde,
Il s’y croit à l’abri, y compris des corbeaux
Qui parfois le menacent avec leur bec immonde.

Mais l’enfant le fracasse et arrache les yeux
De sa proie éventrée, avec un air joyeux,
Puis, vif, l’offre à une oie, en mal de nourriture.

Il lui est moins aisé de tuer les remords
Qui l’assaillent la nuit suivant cette torture,
D’autant qu’à son issue un innocent est mort !

Remords toujours 1 ’s’  autant dire les remords ça ne change pas la rime d’après .

Je compte sur Christian si j’ai dit des bêtises .

Vincent pas de mail donc pas de contact possible avec toi -

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 23 mars 2020 à 21h27

Oh, là, là ! Encore des règles que je ne consonnetssais pas ! Christian ne dit pas que tu dis des bêtises, je dois donc en conclure que tu n’en dis pas. Je vais regarder cela de près, mais plus tard, je suis trop fatigué ce soir. Avec un grand plaisir je te laisse mon mail savoix@laposte.net. Merci des infos.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par LaissezVousCompter le 24 mars 2020 à 21h09

https://www.scribblab.com/outils/syllaber

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 24 mars 2020 à 23h21

Merci pour ce lien ;

Je ne savais pas que ’pied’ comptait pour 1 syllabe .
Pour sieste aussi probablement -

Méa Culpa Vincent -

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 25 mars 2020 à 20h34

Merci pour l’aide, n’hésitez pas à me corriger, j’aime ça.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 janvier 2021 à 13h44

Empereur de sinople
-----------

Te souviens-tu de lui, tavernière Margot ?
Ce fut un jeune prince aux ivresses profondes ;
Maintenant, les buveurs  ne sont plus ses égaux,
Lui qui reçut pour fief une moitié du monde.

Quant à son noble père, il fut mis au tombeau
Où déjà reposait la reine Cunégonde ;
Ce nouvel empereur a repris le flambeau,
Sur ses fières vertus, de grands espoirs se fondent.

Je crois qu’il va souvent boire sous d’autres cieux ;
S’il consommait chez toi, cela te plairait mieux,
Mais le voilà séduit par d’autres créatures.

Dans la taverne règne un silence de mort,
Que son meilleur client déserta sans remords ;
Le patron, même, voit venir la fermeture.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 2 décembre 2022 à 11h54

Noblesse du requin
-----------

Je ne fréquente plus la route des cargos,
Je préfère de loin la paix des eaux profondes ;
Les calamars géants sont presque mes égaux,
Eux qui ont la beauté des anges d’inframonde.

D’innombrables noyés ces lieux sont le tombeau,
Leurs corps sont grignotés par des larves immondes ;
Ils changent de couleur, il perdent des lambeaux,
Les crabes croque-morts dans leurs entrailles pondent.

Je suis de ceux qui fuient la lumière des cieux,
Car l’obscure clarté des grands fonds me plaît mieux ;
Cet environnement convient à ma nature.

Rien n’égale, pour moi, le goût d’un oiseau mort,
Pas même la saveur d’un vieux pêcheur d’Armor,
Pas même des morceaux de sirène immature.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе