Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Le Mauvais Moine


 
Les cloîtres anciens sur leurs grandes murailles
Étalaient en tableaux la sainte Vérité,
Dont l’effet, réchauffant les pieuses entrailles,
Tempérait la froideur de leur austérité.
 
En ces temps où du Christ florissaient les semailles,
Plus d’un illustre moine, aujourd’hui peu cité,
Prenant pour atelier le champ des funérailles,
Glorifiait la Mort avec simplicité.
 
— Mon âme est un tombeau que, mauvais cénobite,
Depuis l’éternité je parcours et j’habite ;
Rien n’embellit les murs de ce cloître odieux.
 
Ô moine fainéant ! quand saurai-je donc faire
Du spectacle vivant de ma triste misère
Le travail de mes mains et l’amour de mes yeux ?
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 14 décembre 2012 à 16h27

 Notre corps est un arbre, a déclaré l’ermite,
     Notre esprit un miroir, il faut l’épousseter.
     Ne se croyait-il pas porteur de vérité,
     Celui qui transcendait le réel et ses mythes...

     Ton arbre est dans un vase, a dit le cénobite,
     Et d’un endroit à l’autre il peut se transporter.
     Quant au miroir, tu peux tout un jour le frotter,
     Tu ne nettoieras pas les reflets qui l’habitent.

     Epoussetons bien l’arbre, arrosons le miroir,
     Car pour telle entreprise il n’est besoin d’espoir,
     Ni de succès non plus pour que l’on persévère.

     Les ayant accueillis dans ta méditation,
     Retiens de ces deux mots la signification :
     L’arbre, on en fait du bois, le miroir, c’est du verre.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 9 juin 2020 à 12h31

Sobriété monacale
------------

Le moine reste au frais derrière sa muraille,
Méditant sur le doute et sur la vérité;
Au fond de sa cellule, un matelas de paille,
Un humble drap qu’il vante avec sincérité.

Il lit un peu de prose, écrit vaille que vaille,
Évoquant des quatrains qu’il aime réciter;
Il traduit quelques vers, osant une trouvaille,
Mais sans se départir de sa simplicité.

La lune dans le ciel, poursuivant son orbite,
Illumine la nuit d’une clarté subite;
Le bon moine se dit «C’est un clin d’oeil de Dieu».

Par la suite, il se verse un bon verre de bière;
Son esprit, s’en allant dans une errance fière,
Observe un grand prodige invisible à nos yeux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Lewis P. Shanks le 12 juin 2020 à 12h03

Englis text for «Le Mauvais Moine»
by Lewis Piaget Shanks

----------------------

the wide cold walls of cloisters, long ago
set forth God’s Holy Truth for all to see,
and gazing friars there, with hearts aglow,
rejoiced despite their chill austerity.

then, when the seed of Christ would always grow,
illustrious monks, now lost to memory,
would choose the burial-plot for studio
to chant Death’s glory, unaffectedly.

my soul’s a tomb, which — wretched friar! –
I have paced since Time began, and occupy;
bare-walled and hateful still my cloister stands.

o slothful monk! when shall I learn to find
in the stark drama of this living mind
joy for mine eyes and work to fit my hands?


https://almavonowen.wordpress.com/2014/12/20/baudelaire-le-mauvais-moine-translated-by-lewis-piaget-shanks-flowers-of-evil/


--------------

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 5 novembre 2022 à 11h56

Moine bibliophile
----------

Livres autour de lui, formant une muraille,
Ce sont beaucoup de mots et peu de vérités ;
Plusieurs auteurs sont nuls, d’autres sont des canailles,
Le moine n’attend rien de leur sincérité.

Il écrit même, un peu, mais ce n’est rien qui vaille,
Rien qui soit composé pour la postérité :
Cependant il s’applique, on dirait qu’il travaille,
Désarmant de candeur et de simplicité.

Dans un lointain passé, ce fut un cénobite,
Il est devenu vieux, donc il se fait ermite ;
Il dit que c’est dans l’ordre, et que c’est pour le mieux.

Il a le souvenir d’aimables tavernières,
Depuis la plus ancienne, et jusqu’à la dernière,
Il se souvient qu’il fut un comique, à leurs yeux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Xi’an le 5 novembre 2022 à 17h10

De la téléréalité
Les stars à Dubaï habitent
Mais pas les cénobites :
Trop nuisant la cité
À la tranquilité.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе