Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


L’Idéal


 
Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,
Produits avariés, nés d’un siècle vaurien,
Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,
Qui sauront satisfaire un cœur comme le mien.
 
Je laisse à Gavarni, poëte des chloroses,
Son troupeau gazouillant de beautés d’hôpital,
Car je ne puis trouver parmi ces pâles roses
Une fleur qui ressemble à mon rouge idéal.
 
Ce qu’il faut à ce cœur profond comme un abîme,
C’est vous, Lady Macbeth, âme puissante au crime,
Rêve d’Eschyle éclos au climat des autans ;
 
Ou bien toi, grande Nuit, fille de Michel-Ange,
Qui tors paisiblement dans une pose étrange
Tes appas façonnés aux bouches des Titans !
 

Commentaire(s)
Déposé par : Sobriquet
le : 25 avril 2012 à 09h47

le poête de mon adolescence

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 

Mon florilège

(Touriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évaluations récentes

Dubos : À Fidentinus : «Tu m’as volé mes vers, et tu te crois poète...»

Dubos : À Rufus : «D’où te vient cet air sombre...»

Cros : Révolte

Baudelaire : Bien loin d’ici

Charles-Ferdinand Ramuz

Jacob : Ruses du démon pour ravoir sa proie

Boisrobert : À Monsieur l’Abbé Scarron, sur son Virgile en vers burlesques

La Fontaine : Le Marchand, le Gentilhomme, le Pâtre et le Fils de Roi

Cros : Berceuse : «Il y a une heure bête...»

Carco : Printemps : «Dans l’enclos campagnard où sèche la lessive...»

Commentaires récents

De Cochonfucius sur Le Silence des morts (Rollinat)

De Christian sur Le Lait des chats (Guérin)

De Cochonfucius sur Tou-Tsong (Bouilhet)

De Cochonfucius sur L’Écho de la caverne (Saint-Pol-Roux)

De René Guy Cadou sur Max Jacob

De Christian sur «Mon âme a son secret, ma vie a son mystère...» (Arvers)

De Christian sur Golgotha (Saint-Pol-Roux)

De cecile archer sur Marie Noël

De monique sur Hugo

De Teillard André sur Sur quelques mauvaises manières de parler (Marot)

De Jean ZAINO poète sur Francis Jammes

De Favreau sur Sonnet : «Sur les bois oubliés quand passe l’hiver sombre...» (Mallarmé)

De Margareta Noeske sur Saint-Pol-Roux

De Jean Donati sur Élégie première : «Mon cher Samain...» (Jammes)

De ROLAND sur Le pauvre pion (Jammes)

De ZAINO, poète sur Prière pour avoir une femme simple (Jammes)

De ZAINO jean,poète sur Viens, je te mettrai (Jammes)

De Jean ZAINO sur J’allai à Lourdes (Jammes)

De fanfan sur «Le Passé maugréait et frappait à la porte...» (Derème)

De tagada sur Scarbo : «Oh ! que de fois je l’ai entendu et vu...» (Bertrand)

De Myrrha-El sur «C’est presque l’invisible qui luit...» (Rilke)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présentation

Accueil

À propos

Contact

Signaler une erreur

Un petit mot ?

Soutien

Faire un don