Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Confession


 
Une fois, une seule, aimable et douce femme,
              À mon bras votre bras poli
S’appuya (sur le fond ténébreux de mon âme
              Ce souvenir n’est point pâli) ;
 
Il était tard ; ainsi qu’une médaille neuve
              La pleine lune s’étalait,
Et la solennité de la nuit, comme un fleuve,
              Sur Paris dormant ruisselait.
 
Et le long des maisons, sous les portes cochères,
              Des chats passaient furtivement,
L’oreille au guet, ou bien, comme des ombres chères,
              Nous accompagnaient lentement.
 
Tout à coup, au milieu de l’intimité libre
              Éclose à la pâle clarté,
De vous, riche et sonore instrument où ne vibre
              Que la radieuse gaieté,
 
De vous, claire et joyeuse ainsi qu’une fanfare
              Dans le matin étincelant,
Une note plaintive, une note bizarre
              S’échappa, tout en chancelant
 
Comme une enfant chétive, horrible, sombre, immonde,
              Dont sa famille rougirait,
Et qu’elle aurait longtemps, pour la cacher au monde,
              Dans un caveau mise au secret.
 
Pauvre ange, elle chantait, votre note criarde :
              « Que rien ici-bas n’est certain,
Et que toujours, avec quelque soin qu’il se farde,
              Se trahit l’égoïsme humain ;
 
Que c’est un dur métier que d’être belle femme,
              Et que c’est le travail banal
De la danseuse folle et froide qui se pâme
              Dans un sourire machinal ;
 
Que bâtir sur les cœurs est une chose sotte ;
              Que tout craque, amour et beauté,
Jusqu’à ce que l’Oubli les jette dans sa hotte
              Pour les rendre à l’Éternité ! »
 
J’ai souvent évoqué cette lune enchantée,
              Ce silence et cette langueur,
Et cette confidence horrible chuchotée
              Au confessionnal du cœur.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

☆ ☆ ☆ ☆

Rоllinаt : L’Αngе pâlе

Rоllinаt : Sаgеssе du fоu

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt dе l’Αiglе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Βаbу (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Lа nеf qui lоnguеmеnt а vоуаgé, Dilliеr...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...» (Vоltаirе)

De Сосhоnfuсius sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Jаdis sur «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...» (Dеrèmе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе