Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Confession


 
Une fois, une seule, aimable et douce femme,
              À mon bras votre bras poli
S’appuya (sur le fond ténébreux de mon âme
              Ce souvenir n’est point pâli) ;
 
Il était tard ; ainsi qu’une médaille neuve
              La pleine lune s’étalait,
Et la solennité de la nuit, comme un fleuve,
              Sur Paris dormant ruisselait.
 
Et le long des maisons, sous les portes cochères,
              Des chats passaient furtivement,
L’oreille au guet, ou bien, comme des ombres chères,
              Nous accompagnaient lentement.
 
Tout à coup, au milieu de l’intimité libre
              Éclose à la pâle clarté,
De vous, riche et sonore instrument où ne vibre
              Que la radieuse gaieté,
 
De vous, claire et joyeuse ainsi qu’une fanfare
              Dans le matin étincelant,
Une note plaintive, une note bizarre
              S’échappa, tout en chancelant
 
Comme une enfant chétive, horrible, sombre, immonde,
              Dont sa famille rougirait,
Et qu’elle aurait longtemps, pour la cacher au monde,
              Dans un caveau mise au secret.
 
Pauvre ange, elle chantait, votre note criarde :
              « Que rien ici-bas n’est certain,
Et que toujours, avec quelque soin qu’il se farde,
              Se trahit l’égoïsme humain ;
 
Que c’est un dur métier que d’être belle femme,
              Et que c’est le travail banal
De la danseuse folle et froide qui se pâme
              Dans un sourire machinal ;
 
Que bâtir sur les cœurs est une chose sotte ;
              Que tout craque, amour et beauté,
Jusqu’à ce que l’Oubli les jette dans sa hotte
              Pour les rendre à l’Éternité ! »
 
J’ai souvent évoqué cette lune enchantée,
              Ce silence et cette langueur,
Et cette confidence horrible chuchotée
              Au confessionnal du cœur.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hеrvillу : Ρuérilités

Dеsfоrgеs-Μаillаrd : Lе Τаbас

Μеndès : Lе Rоssignоl

Αntоinе dе Νеrvèzе

Νеrvаl

Viеlé-Griffin : «Dоrmir еt rirе d’аisе...»

Hugо : Lе Μеndiаnt

Lаhоr : Οurаgаn nосturnе

Lаhоr : Dаnsе mасаbrе

Vаlérу : Luхuriеusе аu Βаin

Βеrgеrаt : Lе Сhаnt du сrаpаud

Βеrnаrd : «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νеlligаn : Lа Ρаssаntе

Vаlérу : «Lа lunе minсе vеrsе unе luеur sасréе...»

Hugо : Viеillе сhаnsоn du јеunе tеmps

Lе Ρеtit : Αu Lесtеur сuriеuх

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Αllеz еn pаiх

Сrоs : Siх tеrсеts

Hugо : Βêtisе dе lа guеrrе

Hugо : Lе Sасrе dе lа Fеmmе

Сrоs : Βеrсеusе : «Ιl у а unе hеurе bêtе...»

Hugо : Сrépusсulе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сésаr (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...» (Lе Μоuël)

De Сосhоnfuсius sur «Si еn pаrtаnt, sеul vоus m’аvеz lаissé...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе