Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Confession


 
Une fois, une seule, aimable et douce femme,
              À mon bras votre bras poli
S’appuya (sur le fond ténébreux de mon âme
              Ce souvenir n’est point pâli) ;
 
Il était tard ; ainsi qu’une médaille neuve
              La pleine lune s’étalait,
Et la solennité de la nuit, comme un fleuve,
              Sur Paris dormant ruisselait.
 
Et le long des maisons, sous les portes cochères,
              Des chats passaient furtivement,
L’oreille au guet, ou bien, comme des ombres chères,
              Nous accompagnaient lentement.
 
Tout à coup, au milieu de l’intimité libre
              Éclose à la pâle clarté,
De vous, riche et sonore instrument où ne vibre
              Que la radieuse gaieté,
 
De vous, claire et joyeuse ainsi qu’une fanfare
              Dans le matin étincelant,
Une note plaintive, une note bizarre
              S’échappa, tout en chancelant
 
Comme une enfant chétive, horrible, sombre, immonde,
              Dont sa famille rougirait,
Et qu’elle aurait longtemps, pour la cacher au monde,
              Dans un caveau mise au secret.
 
Pauvre ange, elle chantait, votre note criarde :
              « Que rien ici-bas n’est certain,
Et que toujours, avec quelque soin qu’il se farde,
              Se trahit l’égoïsme humain ;
 
Que c’est un dur métier que d’être belle femme,
              Et que c’est le travail banal
De la danseuse folle et froide qui se pâme
              Dans un sourire machinal ;
 
Que bâtir sur les cœurs est une chose sotte ;
              Que tout craque, amour et beauté,
Jusqu’à ce que l’Oubli les jette dans sa hotte
              Pour les rendre à l’Éternité ! »
 
J’ai souvent évoqué cette lune enchantée,
              Ce silence et cette langueur,
Et cette confidence horrible chuchotée
              Au confessionnal du cœur.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Lеvеу : Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа

Соuté : Lеs Соnsсrits

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Οsсаr V. dе L. Μilоsz

Hugо : «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...»

Ρоpеlin : Lа Νеigе

Μауnаrd : «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...»

Μауnаrd : «Βеllе, qui sаns fоutеur fоutеz...»

Μауnаrd : Épitаphе : «Сi-gît Ρаul qui bаissаit lеs уеuх...»

☆ ☆ ☆ ☆

Stаël : Épitrе sur Νаplеs

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

Rеgnаrd : Épîtrе à Μ. ...

Βruаnt : Sоulоlоquе

Μасеdоnski : Lе Сlоîtrе

Μасеdоnski : Sоnnеt lоintаin

Μаrоt : «J’аi unе lеttrе еntrе tоutеs élitе...»

Μауnаrd : «L’hоmmе qui gît еn се liеu...»

Riсhеpin : Dаb

Βаnvillе : Μаriа Gаrсiа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Gеntil Quimpеr, lе nid dе mоn еnfаnсе...» (Jасоb)

De Сhristiаn sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Βаin dеs Νуmphеs (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсêtrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdiеn sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

De Lа-Μusérаntе sur «L’hоmmе qui gît еn се liеu...» (Μауnаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Се quе tа plumе prоduit...» (Μауnаrd)

De Jеhаn Ρаuvrеpin sur Sоnnеt ivrе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Сhristiаn sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Ιvrеssе sur «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...» (Соppéе)

De Fаisаnе sur Lе Rêvе du pоètе (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Τhundеrbird sur Éсrit аvес du sаng (Sеgаlеn)

De Μаirе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоirе dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Соugаrе- sur Lе Сhiеn еt lе Сhаt (Αrnаult)

De wеbmаstеr sur «Lе mоndе plus trоmpеur quе lеs flоts dе Νеptunе...» (Ρеllissоn-Fоntаniеr)

De Сосhоnfitсhuss sur Αir : «Τоut l’univеrs оbéit à l’Αmоur...» (Lа Fоntаinе)

De Viсtоr Сlоuеlbес sur Lа Соnsсiеnсе (Hugо)

De СΟUGΑRΕ- sur Frаnçоis Соppéе

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе