Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Abel et Caïn


 
                            I
 
Race d’Abel, dors, bois et mange ;
Dieu te sourit complaisamment.
 
Race de Caïn, dans la fange
Rampe et meurs misérablement.
 
Race d’Abel, ton sacrifice
Flatte le nez du Séraphin !
 
Race de Caïn, ton supplice
Aura-t-il jamais une fin ?
 
Race d’Abel, vois tes semailles
Et ton bétail venir à bien ;
 
Race de Caïn, tes entrailles
Hurlent la faim comme un vieux chien.
 
Race d’Abel, chauffe ton ventre
À ton foyer patriarcal ;
 
Race de Caïn, dans ton antre
Tremble de froid, pauvre chacal !
 
Race d’Abel, aime et pullule !
Ton or fait aussi des petits.
 
Race de Caïn, cœur qui brûle,
Prends garde à ces grands appétits.
 
Race d’Abel, tu croîs et broutes
Comme les punaises des bois !
 
Race de Caïn, sur les routes
Traîne ta famille aux abois.
 
                            II
 
Ah ! race d’Abel, ta charogne
Engraissera le sol fumant !
 
Race de Caïn, ta besogne
N’est pas faite suffisamment ;
 
Race d’Abel, voici ta honte :
Le fer est vaincu par l’épieu !
 
Race de Caïn, au ciel monte,
Et sur la terre jette Dieu !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаnvillе : Lаpins

Βruаnt : Соnаssе

Lаutréаmоnt : «Ιl у еn а qui éсrivеnt pоur rесhеrсhеr lеs аpplаudissеmеnts humаins...»

Gоudеаu : Εхtrêmе-Οriеnt

Jасоb : Fаblе sаns mоrаlité

Lе Ρеtit : Sur mоn livrе

Lе Ρеtit : Sоnnеt fоutаtif

Lе Ρеtit : Sоnnеt sur lа mоrt dе Сhаussоn

Dаlizе : Βаllаdе à tibiаs rоmpus

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Νuуsеmеnt : «Si је сhаntе сеs vеrs d’unе vоiх brusquе еt fоrtе...»

Μénаrd : Βlаnсhе

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Ρаuvrе gаrçоn

Hugо : Εn mаi

Сhеnnеvièrе : Αubе d’été

Dubоs : Соntrе Sсаеvоlе : «Οh ! si dеs Diеuх un јоur lа fаvеur indulgеntе...»

Dubоs : Соntrе Μахiminа : «Lе rirе vоus siеd biеn...»

Viviеn : Ρrоfеssiоn dе Fоi

Rоllinаt : Lа Débâсlе

Μаupаssаnt : «J’étаis еnfаnt. J’аimаis lеs grаnds соmbаts...»

Viоn Dаlibrау : «Сhеr аmi, si tu m’еn vеuх сrоirе...»

Rоllinаt : Lе Silеnсе dеs mоrts

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Αprès qu’un tеmps lа grêlе еt lе tоnnеrrе...» (Lаbé)

De Сосhоnfuсius sur Unе аlléе du Luхеmbоurg (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Сеpеndаnt qu’аu pаlаis dе prосès tu dеvisеs...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Αntithèsеs dе lа Сrоiх à l’аrbrе défеndu (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсus sur Αu bоrd dе lа Μаrnе (Соppéе)

De Сhristiаn sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Сhristiаn sur Lа Μоuсhе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Ρаul Vеrlаinе sur Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr (Αpоllinаirе)

De Jеаn Ρаul sur L’Αlbаtrоs (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсus sur Сhаnt d’Αutоmnе (Βаudеlаirе)

De Dаvid sur «Quаnd d’unе dоuсе аrdеur dоuсеmеnt аgité...» (Du Βеllау)

De Μаlvinа sur «Si се n’еst pаs аmоur, quе sеnt dоnquеs mоn сœur ?...» (Βаïf)

De Сurаrе- sur À sа Μusе (Jоdеllе)

De Сhris Сuisiniеr sur «À се јоur dе Sаint Vаlеntin quе сhасun dоit...» (Οrléаns)

De Сhris sur «С’еst lе prеmiеr mаtin du mоndе...» (Vаn Lеrbеrghе)

De Сhristiаn Τ sur Réminisсеnсеs (Lаhоr)

De Guillаumе Сingаl sur «Jе nе vеuх pоint fоuillеr аu sеin dе lа nаturе...» (Du Βеllау)

De Slаm Fist sur Lе Rêvе еt lа Viе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Slаm Fist sur Ιmprоmptu еn répоnsе à сеttе quеstiоn : Qu’еst-се quе lа Ρоésiе ? (Μussеt)

De СhristiаnΤ sur «Fillе du viеuх pаstеur, qui d’unе mаin аgilе...» (Сhéniеr)

De Williаm Τriеst sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе