Jules Barbey d’Aurevilly



Si j’avais, sous ma mantille,
    Cet œil gris de lin,
Et cette svelte cheville
Dans mon svelte brodequin ;
 
Si j’avais ta morbidesse,
    Tes cheveux dorés,
Retombant en double tresse
Jusque sur mes reins cambrés !
 
Si j’avais, ô ma pensée,
    Dans mon corset blanc,
Ta blonde épaule irisée
D’un duvet étincelant !
 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
 
Enfin si je semblais faite
    Pour donner la loi,
Je serais une coquette
Plus coquette encor que toi !
 
Je voudrais être une reine
    Fière comme un paon,
Dont on aurait grande peine
À baiser le bout du gant.
 
Je ne serais pas de celles,
    Froides à moitié,
Qui, d’abord, font les cruelles,
Et puis après ont pitié.
 
Je serais une tigresse,
    Rebelle aux amours,
Cachant la griffe traîtresse
Dans ma patte de velours !
 
Je ferais souffrir aux âmes
    Mille bons tourments,
Et je vengerais les femmes
De tous leurs fripons d’amants ;
 
Et sans l’éventail qui cache
    Deux beaux yeux moqueurs,
Je rirais, sur leur moustache,
De leur flamme et de leurs pleurs ;
 
Et je passerais ma vie
    À les désoler,
Et je serais si jolie
Qu’il leur faudrait bien m’aimer !
 
Et puis, si d’aimer l’envie
    Un jour me prenait,
Je n’aurais de fantaisie
Que pour celui qui dirait :
 
« Si comme toi j’étais faite
    Pour donner la loi,
Je serais une coquette,
Plus coquette encor que toi ! »
 
Aime-moi donc, ma Paulette,
    Ô mon blond trésor !
Aimer un fat ? toi, coquette !
Ce sera t’aimer encor !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 25 janvier 2013 à 17h05

Si j’étais une gazelle
Aux savanes gambadant ;
Si les lions, me trouvant belle,
Aiguisaient leurs longues dents...

Magie d’un petit poème,
Tu deviens ce que tu veux ;
Tu fais de ceux que tu aimes
Des animaux fabuleux.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

Τоulеt : «Сеt huissiеr, qui јеtаit, l’été...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Sоnnеt dе Ρоrсеlаinе (Viviеn)

De Сосhоnfuсius sur Μédаillе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Сосhоnfuсius sur Lе Соurеur (Hеrеdiа)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Jаdis sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе сhаrgе (Ρéguу)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz