Théodore de Banville

Les Princesses, 1874


Ariane


 

Et Dionysos aux cheveux d’or épousa la blonde Ariadnè, fille de Minos, et il l’épousa dans la fleur de la jeunesse, et le Kroniôn la mit à l’abri de la vieillesse et la fit Immortelle.
Hesiode, Théogonie. Trad. Leconte de Lisle.


Dans Naxos, où les fleurs ouvrent leurs grands calices
Et que la douce mer baise avec des sanglots,
Dans l’île fortunée, enchantement des flots,
Le divin Iacchos apporte ses délices.
 
Entouré des lions, des panthères, des lices,
Le Dieu songe, les yeux voilés et demi-clos ;
Les Thyades au loin charment les verts îlots
Et de ses raisins noirs ornent leurs cheveux lisses.
 
Assise sur un tigre amené d’Orient,
Ariane triomphe, indolente, et riant
Aux lieux même où pleura son amour méprisée.
 
Elle va, nue et folle et les cheveux épars,
Et, songeant comme en rêve à son vainqueur Thésée,
Admire la douceur des fauves léopards.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 7 juin 2014 à 12h17

Transsubstantiation
---------------------------

Le fils du charpentier se tient dans son calice,
Ressemblant à ce vin qu’il fit avec de l’eau.
Églises par millions, quel gigantesque flot
De présence liquide, objet de nos délices !

Satan, depuis longtemps, ne monte plus en lice ;
Le dimanche, il sommeille en un vieux jardin clos,
Tout content, ce jour-là, d’échapper au boulot,
Et les heures sur lui, comme du bon vin, glissent.

Le démon et le dieu importés d’Orient,
Chacun sur son terrain, pensent en souriant
Aux temps où la magie était si fort prisée.

Tous les deux, rassemblant leurs souvenirs épars
En concluent, de façon quelque peu malaisée,
Que le sens du sacré s’est perdu, quelque part.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 21 août 2017 à 21h16

Prêtre vagabond
---------------

Dans sa lourde musette, il transporte un calice,
Du bon vin dans sa gourde, une bouteille d’eau,
Quatre livres de poche et quelques bibelots ;
Et puis du chocolat, pour lui c’est un délice.

Un diable exorcisé, devenu son complice,
Boit avec lui le soir en un vieux jardin clos ;
Au matin, quand les gens s’en vont à leur boulot,
Ces deux errants s’en vont vers les cieux qui pâlissent.

Quand le soleil, plus tard, s’élève à l’Orient,
Le prêtre et le démon pensent en souriant
Que l’espérance, en eux, ne sera pas brisée.

Tous les deux, poursuivant des nuages épars,
Arpentent des sommets la route malaisée,
Ils marchent à loisir, ils ne vont nulle part.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vоltаirе : «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...»

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Lеs pаssаgеs Сhоisеul аuх оdеurs dе јаdis...»

Rоdеnbасh : Dégоût

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Сi-gît qui tоuјоurs bаbillа...» (Vоltаirе)

De Сосhоnfuсius sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Jаdis sur «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...» (Dеrèmе)

De Jаdis sur Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе