Théodore de Banville

Les Stalactites, 1846


À la Font-Georges


 

    Voici les lieux charmans où mon âme ravie
              Passoit à contempler Sylvie
Ces tranquilles momens si doucement perdus.
Boileau.


Ô champs pleins de silence,
Où mon heureuse enfance
Avait des jours encor
              Tout filés d’or !
 
Ô ma vieille Font-Georges,
Vers qui les rouges-gorges
Et le doux rossignol
              Prenaient leur vol !
 
Maison blanche où la vigne
Tordait en longue ligne
Son feuillage qui boit
              Les pleurs du toit !
 
Ô claire source froide,
Qu’ombrageait, vieux et roide,
Un noyer vigoureux
              À moitié creux !
 
Sources ! fraîches fontaines !
Qui, douces à mes peines,
Frémissiez autrefois
              Rien qu’à ma voix !
 
Bassin où les laveuses
Chantaient insoucieuses
En battant sur leur banc
              Le linge blanc !
 
Ô sorbier centenaire,
Dont trois coups de tonnerre
Avaient laissé tout nu
              Le front chenu !
 
Tonnelles et coudrettes,
Verdoyantes retraites
De peupliers mouvants
              À tous les vents !
 
Ô vignes purpurines,
Dont, le long des collines,
Les ceps accumulés
              Ployaient gonflés ;
 
Où, l’automne venue,
La Vendange mi-nue
À l’entour du pressoir
              Dansait le soir !
 
Ô buissons d’églantines,
Jetant dans les ravines,
Comme un chêne le gland,
              Leur fruit sanglant !
 
Murmurante oseraie,
Où le ramier s’effraie,
Saule au feuillage bleu,
              Lointains en feu !
 
Rameaux lourds de cerises !
Moissonneuses surprises
À mi-jambe dans l’eau
              Du clair ruisseau !
 
Antres, chemins, fontaines,
Âcres parfums et plaines,
Ombrages et rochers
              Souvent cherchés !
 
Ruisseaux ! forêts ! silence !
Ô mes amours d’enfance !
Mon âme, sans témoins,
              Vous aime moins
 
Que ce jardin morose
Sans verdure et sans rose
Et ces sombres massifs
              D’antiques ifs,
 
Et ce chemin de sable,
Où j’eus l’heur ineffable,
Pour la première fois,
              D’ouïr sa voix !
 
Où rêveuse, l’amie
Doucement obéie,
S’appuyant à mon bras,
              Parlait tout bas,
 
Pensive et recueillie,
Et d’une fleur cueillie
Brisant le cœur discret
              D’un doigt distrait,
 
À l’heure où les étoiles
Frissonnant sous leurs voiles
Brodent le ciel changeant
              De fleurs d’argent.
 

Octobre 1844.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : Саssеur dе guеulеs

Sсèvе : «Sеul аvес mоi, еllе аvес sа pаrtiе...»

Αuvrау : Соntrе unе dаmе trоp mаigrе

Αuvrау : Lеs Ρаlаdins аvеnturiеrs

Αuvrау : «Αu mоis qu’аmоur еst lе plus еn viguеur...»

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Riсtus : Lеs Μоntе-еn-l’аir

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Lа Gеsséе : «Lа Μоuсhе pеintе еst mаrquе d’impudеnсе...»

Vаlléе dеs Βаrrеаuх : «Соurtisаns, qui trаînеz vоs јоurs déshоnоrés...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

Du Βеllау : «Vоуаnt l’аmbitiоn, l’еnviе еt l’аvаriсе...»

Соrbièrе : Ρаuvrе gаrçоn

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Riсhеpin : Lа Μignоtе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Μоntrеuil : Épigrаmmе : «Сlоris à vingt аns étаit bеllе...»

Νоuvеаu : Lа Rеnсоntrе

Αubigné : «Lеs lуs mе sеmblеnt nоirs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сосhоnfuсius sur «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Dеstinéе (Gаutiеr)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Εsprit dе сеllе sur «Νе rеprеnеz, Dаmеs, si ј’аi аimé...» (Lаbé)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Τhundеrbird sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе