Théodore de Banville

Les Stalactites, 1846


À la Font-Georges


 

    Voici les lieux charmans où mon âme ravie
              Passoit à contempler Sylvie
Ces tranquilles momens si doucement perdus.
Boileau.


Ô champs pleins de silence,
Où mon heureuse enfance
Avait des jours encor
              Tout filés d’or !
 
Ô ma vieille Font-Georges,
Vers qui les rouges-gorges
Et le doux rossignol
              Prenaient leur vol !
 
Maison blanche où la vigne
Tordait en longue ligne
Son feuillage qui boit
              Les pleurs du toit !
 
Ô claire source froide,
Qu’ombrageait, vieux et roide,
Un noyer vigoureux
              À moitié creux !
 
Sources ! fraîches fontaines !
Qui, douces à mes peines,
Frémissiez autrefois
              Rien qu’à ma voix !
 
Bassin où les laveuses
Chantaient insoucieuses
En battant sur leur banc
              Le linge blanc !
 
Ô sorbier centenaire,
Dont trois coups de tonnerre
Avaient laissé tout nu
              Le front chenu !
 
Tonnelles et coudrettes,
Verdoyantes retraites
De peupliers mouvants
              À tous les vents !
 
Ô vignes purpurines,
Dont, le long des collines,
Les ceps accumulés
              Ployaient gonflés ;
 
Où, l’automne venue,
La Vendange mi-nue
À l’entour du pressoir
              Dansait le soir !
 
Ô buissons d’églantines,
Jetant dans les ravines,
Comme un chêne le gland,
              Leur fruit sanglant !
 
Murmurante oseraie,
Où le ramier s’effraie,
Saule au feuillage bleu,
              Lointains en feu !
 
Rameaux lourds de cerises !
Moissonneuses surprises
À mi-jambe dans l’eau
              Du clair ruisseau !
 
Antres, chemins, fontaines,
Âcres parfums et plaines,
Ombrages et rochers
              Souvent cherchés !
 
Ruisseaux ! forêts ! silence !
Ô mes amours d’enfance !
Mon âme, sans témoins,
              Vous aime moins
 
Que ce jardin morose
Sans verdure et sans rose
Et ces sombres massifs
              D’antiques ifs,
 
Et ce chemin de sable,
Où j’eus l’heur ineffable,
Pour la première fois,
              D’ouïr sa voix !
 
Où rêveuse, l’amie
Doucement obéie,
S’appuyant à mon bras,
              Parlait tout bas,
 
Pensive et recueillie,
Et d’une fleur cueillie
Brisant le cœur discret
              D’un doigt distrait,
 
À l’heure où les étoiles
Frissonnant sous leurs voiles
Brodent le ciel changeant
              De fleurs d’argent.
 

Octobre 1844.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lеvеу : Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа

Соuté : Lеs Соnsсrits

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Οsсаr V. dе L. Μilоsz

Hugо : «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...»

Ρоpеlin : Lа Νеigе

Μауnаrd : «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...»

Μауnаrd : «Βеllе, qui sаns fоutеur fоutеz...»

Μауnаrd : Épitаphе : «Сi-gît Ρаul qui bаissаit lеs уеuх...»

Βаnvillе : Μаriа Gаrсiа

Ο’Νеddу : Αmоur

Hugо : Lа Сhаnsоn dе Jеаn Ρrоuvаirе

☆ ☆ ☆ ☆

Stаël : Épitrе sur Νаplеs

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

Rеgnаrd : Épîtrе à Μ. ...

Βruаnt : Sоulоlоquе

Μасеdоnski : Lе Сlоîtrе

Μасеdоnski : Sоnnеt lоintаin

Μаrоt : «J’аi unе lеttrе еntrе tоutеs élitе...»

Μауnаrd : «L’hоmmе qui gît еn се liеu...»

Riсhеpin : Dаb

Βаnvillе : Μаriа Gаrсiа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсêtrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdiеn sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

De Сосhоnfuсius sur «Се qu’еn vеillаnt је n’оsаi dе mа viе...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Lе Sоngе (Соrаn)

De Lа-Μusérаntе sur «L’hоmmе qui gît еn се liеu...» (Μауnаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Се quе tа plumе prоduit...» (Μауnаrd)

De Jеhаn Ρаuvrеpin sur Sоnnеt ivrе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Сhristiаn sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Ιvrеssе sur «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...» (Соppéе)

De Fаisаnе sur Lе Rêvе du pоètе (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Τhundеrbird sur Éсrit аvес du sаng (Sеgаlеn)

De Μаirе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоirе dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Соugаrе- sur Lе Сhiеn еt lе Сhаt (Αrnаult)

De wеbmаstеr sur «Lе mоndе plus trоmpеur quе lеs flоts dе Νеptunе...» (Ρеllissоn-Fоntаniеr)

De Сосhоnfitсhuss sur Αir : «Τоut l’univеrs оbéit à l’Αmоur...» (Lа Fоntаinе)

De Viсtоr Сlоuеlbес sur Lа Соnsсiеnсе (Hugо)

De Gаrdеur d’аlbаtrоs sur Frаnçоis Соppéе

De Ρосhtrоnfuсuls sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе