Théodore de Banville

Les Stalactites, 1846


À la Font-Georges


 

    Voici les lieux charmans où mon âme ravie
              Passoit à contempler Sylvie
Ces tranquilles momens si doucement perdus.
Boileau.


Ô champs pleins de silence,
Où mon heureuse enfance
Avait des jours encor
              Tout filés d’or !
 
Ô ma vieille Font-Georges,
Vers qui les rouges-gorges
Et le doux rossignol
              Prenaient leur vol !
 
Maison blanche où la vigne
Tordait en longue ligne
Son feuillage qui boit
              Les pleurs du toit !
 
Ô claire source froide,
Qu’ombrageait, vieux et roide,
Un noyer vigoureux
              À moitié creux !
 
Sources ! fraîches fontaines !
Qui, douces à mes peines,
Frémissiez autrefois
              Rien qu’à ma voix !
 
Bassin où les laveuses
Chantaient insoucieuses
En battant sur leur banc
              Le linge blanc !
 
Ô sorbier centenaire,
Dont trois coups de tonnerre
Avaient laissé tout nu
              Le front chenu !
 
Tonnelles et coudrettes,
Verdoyantes retraites
De peupliers mouvants
              À tous les vents !
 
Ô vignes purpurines,
Dont, le long des collines,
Les ceps accumulés
              Ployaient gonflés ;
 
Où, l’automne venue,
La Vendange mi-nue
À l’entour du pressoir
              Dansait le soir !
 
Ô buissons d’églantines,
Jetant dans les ravines,
Comme un chêne le gland,
              Leur fruit sanglant !
 
Murmurante oseraie,
Où le ramier s’effraie,
Saule au feuillage bleu,
              Lointains en feu !
 
Rameaux lourds de cerises !
Moissonneuses surprises
À mi-jambe dans l’eau
              Du clair ruisseau !
 
Antres, chemins, fontaines,
Âcres parfums et plaines,
Ombrages et rochers
              Souvent cherchés !
 
Ruisseaux ! forêts ! silence !
Ô mes amours d’enfance !
Mon âme, sans témoins,
              Vous aime moins
 
Que ce jardin morose
Sans verdure et sans rose
Et ces sombres massifs
              D’antiques ifs,
 
Et ce chemin de sable,
Où j’eus l’heur ineffable,
Pour la première fois,
              D’ouïr sa voix !
 
Où rêveuse, l’amie
Doucement obéie,
S’appuyant à mon bras,
              Parlait tout bas,
 
Pensive et recueillie,
Et d’une fleur cueillie
Brisant le cœur discret
              D’un doigt distrait,
 
À l’heure où les étoiles
Frissonnant sous leurs voiles
Brodent le ciel changeant
              De fleurs d’argent.
 

Octobre 1844.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lе Сhênе еt lе Rоsеаu

Lа Fоntаinе : Lе Liоn аmоurеuх

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Hуspа : Lеs Éléphаnts

Dubus : Ρаntоum : «À l’аbri dеs ridеаuх...»

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Vаlаdе : Réminisсеnсе

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сосhоnfuсius sur «L’Εnfаnсе n’еst sinоn qu’unе stérilе flеur...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...» (Μаllаrmé)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Léаlаgirаfе sur Sur un Sоngе (Sсudérу)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе