Jean Antoine de Baïf


Stances


 
Pauvre Baïf, met fin à ta sottise,
        Cesse d’être amoureux ;
Garde qu’Amour de son feu ne t’attise,
        Et tu vivras heureux,
            Puisque Francine
            Te fait la mine
            Et te dédaigne ;
            Ainçois se baigne,
Pour son amour, à te voir langoureux.
 
Laisse-la là, comme chose perdue,
        Sans en faire plus cas,
Et sans espoir qu’elle te soit rendue ;
        Tout souci mets en bas :
            Veux-tu contraindre
            Son cœur de feindre ,
            Qu’elle te porte
            Une amour forte,
Quand tu vois qu’elle ne t’aime pas.
 
Un temps était que du jour la lumière
        Heureuse te luisait,
Quand ta maîtresse à t’aimer coutumière
        Avec toi devisait ;
            Maîtresse aimée,
            D’âme enflammée,
            Autant qu’une âme
            D’amour s’enflamme,
Par toi, à qui surtout elle plaisait.
 
Lors se faisaient dix mille gentillesses,
        En tout heur, en tout bien ;
Si tu voulais de jeux dix mille espèces,
        Elle les voulait bien.
            Lors la lumière
            Te fut bien chère ;
            Alors ta vie
            Te fut amie,
Quand vous viviez en un si doux lien.
 
La volonté de l’ingrate est changée,
        Change la tienne aussi ;
Comme de toi elle s’est étrangée,
        Fais de l’étrange aussi :
            Après sa fuite
            Ne fais poursuite ;
            S’elle ne t’aime
            Fais-lui de même,
Sans vivre plus langoureux et transi.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

☆ ☆ ☆ ☆

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Lа pаssе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Βœuf spесtrаl (Νеlligаn)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе