Jean Antoine de Baïf


Du Printemps


 
La froidure paresseuse
De l’hiver a fait son temps,
Voici la saison joyeuse
Du délicieux printemps.
 
La terre est d’herbes ornée
L’herbe de fleurettes l’est :
La feuillure retournée
Fait ombre dans la forêt.
 
De grand matin la pucelle
Va devancer la chaleur,
Pour de la rose nouvelle
Cueillir l’odorante fleur.
 
Pour avoir meilleure grâce,
Soit qu’elle en pare son sein,
Soit que présent elle en fasse
À son ami de sa main.
 
Qui de sa main l’ayant eue
Pour souvenance d’amour,
Ne la perdra point de vue,
La baisant cent fois le jour.
 
Mais oyez dans le bocage
Le flageolet du berger,
Qui agace le ramage
Du rossignol bocager.
 
Voyez l’onde claire et pure
Se crêper dans les ruisseaux :
Dedans voyez la verdure
De ces voisins arbrisseaux.
 
La mer est calme et bonasse :
Le ciel est serein et clair :
La nef jusque aux Indes passe :
Un bon vent la fait voler.
 
Les ménagères avettes
Font çà et là un doux bruit
Voletant par les fleurettes
Pour cueillir ce qui leur duit.
 
En leur ruche elles amassent
Des meilleures fleurs la fleur,
C’est afin qu’elles en fassent
Du miel la douce liqueur.
 
Tout résonne des voix nettes
De toutes races d’oiseaux,
Par les chants des alouettes,
Des cygnes dessus les eaux.
 
Aux maisons les arondelles,
Les rossignols dans les bois,
En gaies chansons nouvelles
Exercent leurs belles voix.
 
Doncques la douleur et l’aise
De l’amour je chanterai,
Comme sa flamme ou mauvaise
Ou bonne je sentirai.
 
Et si le chanter m’agrée,
N’est-ce pas avec raison,
Puisqu’ainsi tout se recrée
Avec la gaie saison ?
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 20 mars 2013 à 09h22


Un lymasson sur la vytre,
En son parcours matynal,
Chante une chanson sans tytre
En l’honneur du ciel vernal.

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lа Géаntе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Αu bоrd dе l’еаu (Sullу Ρrudhоmmе)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Jаdis sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt mаdrigаl (Сrоs)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе