Jean Antoine de Baïf



 
Afin que pour jamais une marque demeure,
À l’âge qui viendra, comme vôtre je suis,
Je vous fais vœu du peu, mais du tout que je puis,
De peur que la mémoire avec nous ne s’en meure.
 
Je vous donne de moi la part qui est meilleure :
C’est l’esprit et la voix, qui, menés et conduits
Sous le flambeau d’Amour, des éternelles nuits
Sauveront votre nom paravant que je meure.
 
Et, si assez à temps je n’ai pas commencé
De m’employer pour vous, puisque la destinée,
Qui vous cachait à moi, m’en a désavancé :
 
Je ferai, comme fait le dévot Pèlerin,
Qui s’étant levé tard, pour faire sa journée,
Regagne à se hâter le temps et le chemin.
 



Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 6 mai 2014 à 10h47

Verte saison
----------------

Chaque année, le printemps revient en ma demeure :
Il réconforte ainsi  le vieillard que je suis.
Ces mots le chanteront, autant que je le puis,
Célébrant la saison avant qu’elle ne meure.

Mais je ne dirai point quelle fleur est meilleure
En ce petit jardin, ni quel parmi les fruits
Mérite qu’on l’appelle un excellent produit :
Je dirai simplement le doux éclat des heures

Qui descendent ici, sonnées par le beffroi,
Chacune étant un pas des claires destinées ;
Puis comment, en ces jours où l’on oublie le froid,

Flottent un peu partout des parfums de jasmin ;
Enfin, cette lenteur que prennent les journées
Sur cette herbe qu’on peut traverser sans chemins.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 6 novembre 2018 à 14h24

Rêver d’une amazone
----------------

Amazone, où se trouve à présent ta demeure ?
Abandonnes-tu donc  le vieillard que je suis ?
À de telles questions, répondre je ne puis,
Mais je devrai le faire avant que je ne meure.

Quand tu m’accompagnais, ma vie était meilleure,
Et mon jardin donnait de plus excellents fruits ;
Plus beaux, parmi les chants, ceux qu’à deux l’on produit,
Plus capables aussi d’ensorceler nos heures.

Les  sombres carillons sonnent à mon beffroi,
Je songe à mon époque et à ma destinée ;
Je marche moins souvent, je crains un peu le froid.

Reviendront au printemps les parfums du jasmin
Et l’heureuse lenteur que prennent les journées,
Quand nous irons tous deux par les mêmes chemins.

[Lien vers ce commentaire]

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 12 juillet 2019 à 12h24

Manoir de l’archiduc
-----------------

Vers ce palais de pierre, ancestrale demeure,
Sont tracés des sentiers que personne ne suit ;
Tout autour, le grand parc, le potager, le puits
Sont de spectres peuplés, et de rêves qui meurent.

Ces lieux, qui ont connu des époques meilleures,
Ont encore des fleurs, des feuilles et des fruits ;
Personne n’a besoin, d’ailleurs, de ces produits,
Personne en ce jardin ne voit passer les heures

Un grand donjon se dresse ainsi qu’un noir beffroi,
Les murs ont reflété de nobles destinées ;
Mais à l’heure où j’écris, ils dorment dans le froid.

Où est l’archiduchesse au parfum de jasmin ?
L’archiduc la regrette à longueur de journée,
Les derniers serviteurs s’en vont par les chemins.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur L’Étаpе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе